/news/politics
Navigation

La ministre responsable des Affaires autochtones n’a pas parlé aux Mohawks

Sylvie D’Amours, responsable des Affaires autochtones, s’est tenue loin de la crise

conseil ministres
Photo Agence QMI, Simon Clark Plusieurs groupes ont souligné l’absence de la ministre responsable des Affaires autochtones,Sylvie D’Amours, dans la crise des blocus ferroviaires qui s’est terminée jeudi avec la levée des barricades à Kahnawake et Listuguj, en Gaspésie.

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que les trains étaient bloqués à Kahnawake et en Gaspésie, la ministre responsable des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours, a poursuivi ses activités quotidiennes sans s’impliquer dans la crise.   

 • À lire aussi: La fin des barricades au pays  

« Elle ne nous a pas contactés du tout. Elle n’a joué aucun rôle dans ce qui est arrivé ici », affirme la porte-parole de la nation mohawk, Lynne Norton. « On n’a jamais de contacts avec elle », ajoute Mme Norton.     

Si la ministre D’Amours les avait approchés, les Mohawks auraient accepté d’ouvrir le dialogue, poursuit Lynne Norton. « Au moins, on aurait un quelconque contact, dit-elle. Je veux dire, c’est sa job ! »    

La semaine dernière, pendant que la tension montait à Kahnawake, la ministre D’Amours procédait plutôt à une tournée régionale au Saguenay–Lac-Saint-Jean où elle a notamment visité le nouveau local du Centre d’amitié autochtone à Alma.    

Les propos de Lynne Norton rejoignent ceux du chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard. « On convient tous qu’une fois qu’on aura traversé ce qu’on a à traverser, concernant les blocus actuels, il faudra rétablir les ponts, et ça doit se préparer d’avance », déclarait-il dans nos pages samedi dernier.    

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

  

Silence radio en Gaspésie  

En Gaspésie, le président de la Société du chemin de fer ironise quand on lui parle de la réponse du gouvernement Legault face au blocus ferroviaire de Listuguj par les Micmacs. « Quelle réaction ? » lance Éric Dubé avec une pointe de sarcasme. Pourtant, les entreprises de la péninsule gaspésienne ont souffert de la crise.     

Également maire de New Richmond, Éric Dubé affirme avoir discuté du dossier avec la ministre responsable de la Gaspésie, Marie-Ève Proulx, lors de son récent passage dans la région.    

« Mais après ça, il n’y a pas d’autres élus provinciaux qui sont venus en région depuis le début de la crise », déplore-t-il. La ministre D’Amours ne l’a jamais contacté.    

C’est plutôt un sous-ministre du ministère des Transports qui était chargé d’être en contact avec les responsables locaux.     

Même son de cloche du côté du président de la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs, Luc Leblanc. « Pour l’instant, on n’a aucun contact avec les élus du gouvernement du Québec ou du gouvernement fédéral », dit-il.     

La crise ferroviaire a déjà mis en péril un important projet de gaz naturel liquéfié à Saguenay. La société d’investissement Berkshire Hathaway, du milliardaire Warren Buffett, s’est retirée du projet en évoquant les blocus autochtones et le contexte politique au Canada.    

Jeudi, Sylvie D’Amours a refusé les demandes d’entrevue de notre Bureau parlementaire. D’ailleurs, la ministre n’a pas accordé d’entrevues sur le dossier durant la crise, laissant plutôt la tâche à l’adjoint parlementaire de la ministre de la Sécurité publique, Ian Lafrenière.    

Bérubé fustige la ministre  

Le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, n’a pas mâché ses mots au sujet de la ministre.    

« Si ça ne fonctionne pas avec le gouvernement actuel : remaniement ministériel. Changez la personne responsable. Si, quand il y a une crise, on lui dit : “n’accorde pas d’entrevue, ça pourrait être difficile”, ça donne quoi d’avoir une ministre ? » s’est-il insurgé sur les ondes de QUB radio jeudi.    

En mêlée de presse en marge d’une annonce à Saint-Jérôme, Mme D’Amours s’est justifiée en affirmant qu’un dossier qui allie économie et transport doit être géré par le premier ministre. « Ça ne veut pas dire que, parce que je n’étais pas devant la caméra, je n’y travaillais pas », a-t-elle déclaré, selon Radio-Canada.    

Événements publics de la ministre depuis le début de la crise  

11 février   

  • Allocution dans le cadre de la Journée de réflexion avec les organisations autochtones sur la lutte contre l’intimidation (Québec).        

17 février   

  • Signature d’une Grande alliance entre le gouvernement du Québec et la nation crie (Montréal).        

20 février   

  • Visite des installations de l’A-220 d’Airbus avec le premier ministre (Mirabel).        

24 et 25 février    

  • Tournée dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.        

5 mars   

  • Annonce des investissements routiers 2020-2022 pour la région des Laurentides (Saint-Jérôme).