/investigations/truth
Navigation

Alexandre Cusson dit oui, puis non

Alexandre Cusson, candidat à la chefferie libérale.
Photo Didier Debusschère Alexandre Cusson, candidat à la chefferie libérale.

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine. 


L'ÉNONCÉ 

Le candidat à la chefferie du Parti libéral Alexandre Cusson était, mardi, sur les ondes de QUB Radio. L’animateur Antoine Robitaille lui a demandé s’il souhaitait toujours que le gouvernement fédéral finance directement les projets de transport collectif des villes sans passer par le gouvernement du Québec, de qui les municipalités relèvent.« Non, a répondu M. Cusson. J’ai toujours dit qu’il faut travailler tout le monde ensemble, je n’ai pas changé d’idée. » 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

LES FAITS 

M. Cusson semble avoir changé d’idée. Il a souvent demandé que le fédéral puisse conclure directement des ententes avec les villes. 

Alors qu’il était président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), son organisme réclamait « la possibilité de conclure des ententes directes avec le gouvernement du Canada » dans sa plateforme en vue des élections fédérales. 

En septembre, la Presse canadienne avait également rapporté que M. Cusson désirait mettre en place un partenariat entre le fédéral et les municipalités dans la lutte contre les changements climatiques. « Pourquoi le gouvernement fédéral ne pourrait-il pas envoyer de l’argent directement aux municipalités alors qu’il peut le faire dans les autres provinces ? » avait-il soutenu.