/weekend
Navigation

Ménage à trois musical

Pour une histoire d'un soir
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Leurs Aigle noir, Tous les cris les SOS et autres Repartir à zéro ont marqué leur époque. Après trois décennies passées entre l’ombre et la lumière, Marie Carmen, Marie Denise Pelletier et Joe Bocan reprennent aujourd’hui la route, ensemble, fins prêtes pour une toute nouvelle histoire d’un soir. 

Le grand retour de Marie Carmen sur scène constitue à lui seul un événement, la chanteuse s’étant faite très, très rare depuis qu’elle s’est éclipsée du paysage médiatique au tournant du millénaire. Maintes fois sollicitée depuis, elle a presque systématiquement balayé du revers de la main chacune des invitations à remonter sur les planches avant de finalement accepter celle du producteur Martin Leclerc, instigateur de la tournée Pour une histoire d’un soir

Pourquoi ?

« Parce que la rencontre entre Marie Denise Pelletier, Joe Bocan et moi allait de soi », déclare-t-elle tout simplement.

« On a toutes les trois été très déterminantes. On n’a pas arrêté de grandir et d’évoluer, mais on a conservé notre dénominateur commun : on est trois femmes qui s’assument et qui s’affirment. Cette énergie-là nous unit toutes les trois encore aujourd’hui », poursuit Marie Carmen. 

Des propos qui trouvent écho dans ceux de Marie Denise Pelletier. 

« Les années 1985 à 1995, on les a marquées au fer rouge », renchérit cette dernière. 

Il est vrai que cette décennie porte encore aujourd’hui les traces, indélébiles, laissées par les succès des trois femmes. De Repartir à zéro à Tous les cris les SOS, en passant par On parle des yeux, À 17 ans, L’aigle noir, Entre l’ombre et la lumière... la liste est longue. Très longue. 

Chimie obligatoire

Les trois femmes savent donc commander une scène, tout comme un public, avec leurs voix et leurs répertoires. Mais encore fallait-il que la chimie opère (ou « que la mayonnaise pogne », dans les mots de Marie Denise Pelletier). Car bien qu’elles aient évolué dans les mêmes cercles simultanément, elles se sont plus croisées que côtoyées. Marie Denis Pelletier et Marie Carmen ont beau avoir été de la même distribution de Starmania, elles ne s’étaient pas vues depuis quelque 25 ans. 

« On devait se voir une première fois pendant deux heures, mais ça s’est étiré sur cinq ou six heures avec de la bouffe, des confidences et beaucoup, beaucoup de plaisir. On est comme trois gamines ensemble ! » s’exclame Marie Denise Pelletier, son éclat de rire rapidement imité par ses deux nouvelles copines. 

Bref, oui, « la mayonnaise pogne ». Le Journal en a rapidement été témoin, tant durant l’entrevue que pendant la séance photo où les trois chanteuses se taquinent, rigolent et fredonnent sans cesse. 

Expérience et maturité

Maintenant, à quoi s’attendre de ce nouveau tour de chant ? Aux hits qui ont forgé les carrières des trois chanteuses, évidemment. Viennent également se greffer au programme des reprises triées sur le volet, en plus d’une nouvelle chanson inédite pour le trio, Les voyages, signée Joe Bocan. 

Certes, les années ont passé depuis les jours où leurs titres saturaient les ondes radiophoniques. Mais ce temps permet aux trois chanteuses de se réapproprier leurs propres mots, leurs propres mélodies, aujourd’hui fortes de l’expérience et de la maturité acquises. Ainsi, certaines chansons prennent maintenant un tout nouveau sens dans la bouche de ces interprètes âgées de 59 à 62 ans. 

Un exemple ? La pièce-titre de cette tournée, Pour une histoire d’un soir, n’évoque plus nécessairement une rencontre coquine sans lendemain, selon Marie Carmen. 

« Ce spectacle-là, c’est un rendez-vous d’amour avec le public. C’est intense, c’est unique, et le lendemain soir, c’est une tout autre histoire », avance-t-elle. 

« Mais il y a quand même des femmes qui peuvent se retrouver seules à 60 ans et avoir envie d’une histoire d’un soir. C’est un beau clin d’œil au fait que la société a beaucoup évolué au cours des 30 dernières années », nuance Joe Bocan. 

État d’urgence

Oui, sur ce point, la société actuelle n’est plus la même qu’à l’époque. Mais pour d’autres titres, c’est une autre histoire. C’est le cas des Survivre ensemble et autres Repartir à zéro, deux textes portant sur l’environnement tout aussi criants d’actualité (sinon plus) qu’au moment où ils ont été écrits. 

« Je n’aurais jamais pensé que Repartir à zéro resterait tout aussi pertinente. Je sens qu’elle évoque encore plus un état d’urgence aujourd’hui qu’à l’époque. J’espère simplement qu’elle ne sera plus aussi pertinente dans 10 autres années », confie Joe Bocan. 


La tournée Pour une histoire d’un soir sera présentée à guichets fermés à la Cinquième salle de la Place des arts mardi et jeudi. Elle s’arrêtera, entre autres, à la Salle Albert-Rousseau de Québec le 5 avril, et sera de retour à Montréal en mars 2021.