/weekend
Navigation

Luce Dufault: «Je ne pensais pas que ça m’avait manqué autant»

Luce Dufault
Photo Chantal Poirier Luce Dufault

Coup d'oeil sur cet article

Luce Dufault l’avoue d’entrée de jeu : elle a hésité avant de se lancer dans l’enregistrement d’un nouvel album, incertaine de la viabilité d’un tel projet dans l’industrie musicale actuelle. Mais ses doutes sont désormais chose du passé. La chanteuse revient aujourd’hui avec Dire combien je t’aime, un premier recueil de pièces originales en sept ans. « J’ai réalisé que ça me manquait de me retrouver en studio pour donner un souffle à de nouvelles chansons », confie-t-elle.  

L’attente a été longue pour les fans de Luce Dufault. Ça, elle le sait. Et elle en a eu la preuve à maintes occasions dans le passé, certains allant jusqu’à lui demander si elle avait pris sa retraite en la croisant dans son quotidien.  

Cette question, elle l’admet, l’a d’abord prise par surprise. Mais elle en rit de bon cœur aujourd’hui.  

« C’est vrai que sept ans... c’est vraiment très long », concède-t‐elle.  

Certes. 

Mais la chanteuse n’a pas pour autant chômé au cours de cette période. Loin de là. On a pu la voir régulièrement sur les scènes de la province, que ce soit avec la tournée Entre vous et nous, les concerts Noël symphonique, le projet collectif Femmes de feu : Hommage à Pauline Julien ou encore Pionnières, aux côtés de Brigitte Boisjoli et ses invitées.  

Bref, Luce Dufault n’a jamais accroché son micro ni même songé à prendre sa retraite.   

Tout de même, à chacune de ses apparitions, une question des fans revenait constamment : « À quand le prochain album ? ».  

incertitude 

Luce Dufault savait donc que la demande était là. Les fans attendaient patiemment de nouvelles chansons à se mettre sous la dent. Pourtant, la chanteuse freinait continuellement ses élans, soucieuse de l’enjeu financier qu’impliquait un tel projet.  

« Je ne savais pas si j’avais envie de faire un nouvel album. J’avais beaucoup d’incertitude par rapport à ce que devient notre industrie. Un nouveau disque, c’est un prétexte formidable pour se retrouver sur scène. Mais c’est une carte de visite qui coûte très cher. Si tu sors toi-même l’argent de ta poche, c’est loin d’être garanti que tu vas [le] revoir, l’argent », explique-t-elle.  

C’est sa rencontre, puis son association avec le producteur Martin Leclerc qui ont été décisives. Délestée du poids de ce souci financier, Luce Dufault reprenait récemment le chemin du studio avec, en poche, des chansons récoltées au fil des sept dernières années, toutes signées par des géants de l’industrie tels que Daniel Bélanger, Nelson Minville, Luc De Larochellière et Richard Séguin.  

« Je ne pensais pas que ça m’avait manqué à ce point. Il n’y a rien comme le feeling d’oublier le démo, de se laisser aller à la musique pour donner une première vie à une chanson. C’est grisant », explique-t-elle.  

Le résultat, Dire combien je t’aime est arrivé chez les disquaires, hier.  

Sur scène à l’automne 

Maintenant que ce nouvel opus est finalement lancé, Luce Dufault concentrera ses énergies sur la tournée l’accompagnant, attendue aux quatre coins de la province à compter de septembre prochain. Après avoir donné de nombreux spectacles collectifs, la chanteuse ne cache pas que l’idée d’une nouvelle tournée solo lui procure un certain vertige.  

« Je suis une fille de gang. Chanter avec toute une équipe pour des comédies musicales comme La légende de Jimmy ou Starmania, c’est hyper tripant. Mais j’ai ce nouvel album dans les mains et j’ai vraiment hâte de le défendre sur scène », dit-elle.  


L’album Dire combien je t’aime est sur le marché maintenant. La tournée s’arrêtera à la Salle Albert-Rousseau de Québec le 18 octobre, puis à la Cinquième Salle de la Place des Arts de Montréal les 22 et 23 octobre, et en mars 2021.