/sports/others
Navigation

Maude Charron à la porte des Olympiques

L’haltérophile met les bouchées doubles à l’entraînement

Maude Charron
Photo courtoisie Maude Charron participera aux championnats panaméricains en avril prochain.

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | L’haltérophile rimouskoise Maude Charron est à la porte des Jeux olympiques de Tokyo. Elle met les bouchées doubles présentement à l’entraînement en vue de la dernière compétition servant de qualification, les championnats panaméricains, du 17 au 24 avril en République dominicaine.  

L’athlète de 26 ans est actuellement au 5e rang du classement mondial dans sa catégorie alors que les huit premières sont qualifiées. « Je commence à y croire et à en parler. Ma famille a déjà ses billets pour assister à la compétition. Avant je n’osais pas en parler », a-t-elle mentionné.   

Maude a été découverte par un entraîneur d’haltérophilie lors d’une compétition de CrossFit, discipline que l’ancienne gymnaste pratiquait à Rimouski depuis son départ de l’école de cirque de Québec. « Quand on m’a fait miroiter la possibilité d’une participation aux Jeux olympiques, j’ai décidé de me lancer. C’était mon rêve de jeune gymnaste que je pouvais réaliser. J’y ai mis tous les efforts, surtout quand j’ai constaté que j’étais bonne ».   

Elle s’entraîne toujours à Rimouski  

Maude continue de s’entraîner dans les locaux de Crossfit Rimouski. « C’était important pour moi de pouvoir m’entraîner à Rimouski. Mon entraîneur est à Montréal. On se voit une fois par mois et il me dit ce que je dois travailler », a expliqué l’étudiante en gestion des ressources humaines à l’UQAR et diplômée en techniques policières du Cégep de Rimouski.   

La Rimouskoise a remporté trois médailles d’argent à la récente Coupe du monde de Rome. Celle qui compétitionne chez les moins de 64 kg a battu ses marques personnelles dans les trois catégories, soit arraché, épaulé-jeté et total. Elle a soulevé 105 kg à l’arraché et 130 kg à l’épaulé-jeté, pour un total de 235 kg. Elle ne s’en fait pas trop avec les risques d’annulation des Jeux en raison du coronavirus. « C’est quand même dans quatre mois. Ce qu’on nous dit, c’est de poursuivre notre entraînement comme si de rien n’était et c’est ce que je fais ».   

L’athlète et future policière participait à une rencontre publique vendredi midi au Cégep de Rimouski. « Lorsque nous avons pris connaissance du thème de la Journée internationale des droits des femmes 2020, Féministes de toutes nos forces, nous avons tout de suite pensé à Maude Charron, femme forte dans tous les sens du terme. Elle performe dans un milieu qui exige non seulement une grande force physique, mais également une grande force de caractère, d’autant plus que les poids et les muscles sont encore surtout l’apanage des hommes », a indiqué Catherine Paradis, enseignante au Cégep de Rimouski et membre du comité organisateur.