/news/society
Navigation

Une Journée des femmes entre célébration et commémoration

Coup d'oeil sur cet article

La Journée internationale des femmes, dimanche, s’avère à la fois l’occasion de célébrer les pionnières qui ont pavé la voie vers l’émancipation des femmes, mais aussi le moment de dénoncer les violences dont sont encore trop souvent victimes les femmes, particulièrement en contexte conjugal.  

Ces derniers mois, le Québec a connu son lot de féminicides incluant, récemment, les meurtres d’Océane Boyer et de Marylène Lévesque. Au pays, au moins 118 femmes ont été assassinées en 2019, en date du 25 novembre, selon les données recensées par l’Observatoire canadien du féminicide pour la justice et la responsabilisation.  

«Encore aujourd’hui, les femmes sont victimes de discrimination et de violence à cause de leur sexe. Les discriminations à l’égard des femmes, la violence et les inégalités qui persistent doivent être dénoncées», a déploré la ministre responsable de la condition féminine, Isabelle Charest, dimanche. 

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

De son côté, le premier ministre François Legault a assuré que la lutte aux violences faites aux femmes constitue une «priorité» pour son gouvernement.  

D’ailleurs, la CSN a demandé, dimanche, au gouvernement Legault d’agir en injectant plus de ressources dans les maisons d’hébergement dédiées aux femmes victimes de violence. En 2018-2019, 14 997 demandes d'hébergement qui ont dû être refusées. Cette situation est absolument inacceptable. [...] Le gouvernement ne peut faire la sourde oreille. Il a le devoir d'entendre le cri à l'aide des femmes et de protéger leur vie et leur sécurité», a plaidé la vice-présidente de la centrale syndicale, Véronique De Sève.  

Célébrer les pionnières  

Malgré ce sombre portrait, la Journée internationale des femmes est aussi l’occasion de se réjouir des avancées vers l’atteinte de l’égalité hommes-femmes.  

«Nous célébrons en particulier les leaders canadiennes qui remettent en question les normes, soutiennent d'autres femmes et filles et améliorent notre pays», a souligné le premier ministre Justin Trudeau, dimanche, en donnant en exemple les réalisations de la Dre Alaa Murabit (haute-commissaire à l’ONU), d’Ann Divine (PDG d’Ashanti Leadership) et de Kathryn Foss (ex-membre des FAC).  

Guy Martel/Agence QMI

«Elles montrent comment les gestes, petits et grands, d'une seule personne peuvent être porteurs de changements positifs. Elles nous motivent à continuer de briser les barrières», a fait valoir M. Trudeau en encourageant tous les Canadiens «à célébrer les réalisations des femmes et à continuer à militer en faveur du progrès».  

Femmes et politique  

Le nombre grandissant de femmes en politique a été mis de l’avant au nombre des réalisations et des avancées des dernières années. «Je veux souligner l’audace des 55 femmes élues députées à l’Assemblée nationale qui ont eu la volonté de se lancer en politique. Il s’agit du plus grand nombre de femmes élues dans l’histoire du Québec», s’est d’ailleurs réjoui le premier ministre Legault.  

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) a rappelé, de son côté, que la mise en valeur de modèles féminins «est une manière de générer un impact significatif sur la présence des femmes dans nos instances municipales». Pour cette raison, la FQM a lancé une série d’entrevues avec des élues municipales, dans l’espoir de susciter de nouvelles vocations.