/sports/baseball
Navigation

Blake Snell se dit en santé

Le lanceur vedette des Rays est malmené par les Jays à son retour au jeu

BBA-BBN-BBO-SPO-MINNESOTA-TWINS-V-TAMPA-BAY-RAYS
Photo AFP L’as lanceur des Rays de Tampa Bay Blake Snell a éprouvé des difficultés au monticule face aux Blue Jays de Toronto, lundi.

Coup d'oeil sur cet article

DUNEDIN, Floride | S’il y a un département où les Rays de Tampa Bay sont voués à l’excellence selon les analyses de la saison 2020, c’est bien chez les lanceurs partants. Avec les Blake Snell, Tyler Glasnow et Charlie Morton, les attentes sont élevées au monticule. La situation médicale de Snell soulève toutefois des interrogations.

D’autant plus qu’à son retour au jeu, lundi après-midi, le gaucher n’a certainement pas brillé sous le soleil. 

Selon le plan de match du gérant Kevin Cash, Snell devait lancer une seule manche. Eh bien, il ne l’a même pas complétée au domicile printanier des Blue Jays de Toronto, à Dunedin.

Blessé au coude gauche depuis le 1er mars, le partant de 27 ans devait surtout tester son bras. On se souviendra que l’an dernier, il avait raté deux mois d’action après y avoir subi une intervention chirurgicale. 

Sortie difficile

Des cinq frappeurs qu’il a affrontés en début d’après-midi, il a accordé quatre buts sur balles en un tiers de manche lors de laquelle il a alloué quatre points dans la défaite de 8 à 3 des siens. 

Qui plus est, il n’a trouvé la zone des prises que six fois à ses 22 lancers, poivrant bon nombre de tirs nettement hors de la zone des prises. Rien de bien convaincant si l’on regarde les statistiques. 

Pas si joyeux

Tout juste avant son point de presse après sa sortie hasardeuse, on pouvait entendre près de l’autobus de l’équipe le morceau musical Oh happy day chanté par nul autre que Whoopi Goldberg dans le film Rock’n Nonne en 1992. Sûrement le passe-temps du conducteur qui ramenait la formation à Port Charlotte en soirée. 

En reprenant les célèbres paroles, cette journée de travail n’était surtout pas joyeuse pour Snell. Celui-ci s’est tout de même montré rassurant et optimiste quant à sa remise en forme. 

Selon ses propos, son coude n’expliquait pas la déroute en première manche face aux Jays. C’était plutôt la mécanique de sa motion, son manque de constance dans les comptes et sa frustration envers les décisions de l’officiel derrière le marbre.

« Quand je me sens si bien, je ne peux pas allouer quatre buts sur balles. C’est ridicule. Honnêtement, c’est brutal, a exprimé le récipiendaire du trophée Cy-Young en 2018. 

« Je vais apprendre de cet échec, a souligné celui qui devrait remonter sur la butte, samedi, lors d’une autre visite des Rays à Dunedin. Je vais tirer le plus d’informations possible de cette sortie et m’améliorer avant mon prochain départ. Il n’y a pas d’excuses. »

Parmi les quelques points positifs de sa tenue d’une quinzaine de minutes au monticule, Snell retient sa vélocité. À ses 22 tirs, il a fréquemment utilisé sa balle rapide alors que celle-ci a atteint les 98 milles à l’heure (158 km/h).

Conscient de l’importance de cette saison, il n’est pas question que le lanceur rate le début de la saison prévue le 26 mars au Tropicana Field. 

« Il reste encore plus de deux semaines au camp printanier. Ce n’est pas une option. Il n’y a aucune raison valable pour rater le début de la saison. C’est à moi d’être prêt. »

Kevin Cash ne veut surtout pas précipiter les choses. Une absence prolongée de Snell causerait un surplus de travail à ses vedettes partantes. Il prévoit gérer sa rotation minutieusement au fil de la saison. Il possède toutefois le luxe de compter sur une intéressante profondeur au monticule. 

Rapport attendu

Bien au fait de la date de tombée du rapport de l’Office de consultation publique de Montréal, aucun des dirigeants des Rays n’a voulu commenter la situation. 

Rencontré au TD Ballpark avec sa casquette au logo des Expos avant le match, le Lavallois Antonio D’Anbrea se disait déçu des conclusions du rapport ainsi que du manque de l’absence de recommandation. Il ne perdait toutefois pas espoir quant à la suite du projet de stade au bassin Peel.