/opinion/columnists
Navigation

Au tour de Woody Allen!

Coup d'oeil sur cet article

La tentation de la censure domine notre époque. Mais elle est moins portée aujourd’hui par l’État que par des minorités idéologiques fanatisées, qui veulent décider à qui accorder ou non la permission de s’exprimer.

Il suffit de penser à la guerre menée en 2018 contre les pièces SLAV et Kanata pour s’en convaincre. Un peu partout en Occident, des conférences sont annulées parce que des extrémistes entendent perturber l’événement et que les organisateurs prennent peur.

Censure

Cela dit, on vient de franchir un cap. Woody Allen devait publier ses mémoires. Mais il y a eu de la turbulence dans la maison d’édition où le livre devait paraître. Certains employés s’opposaient à la publication des mémoires d’un homme accusé d’agression sexuelle, même s’il fut innocenté.

La direction, prise de trouille, s’est effondrée. Apparemment, l’accusation suffit à faire d’un homme un coupable. En quoi la cause évidemment fondamentale des victimes d’agressions sexuelles sera-t-elle bien servie si on condamne même des innocents en son nom ? À moins que la justice ne doive s’effacer devant la rumeur publique et le tribunal médiatique ?

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Imaginons même un instant qu’il soit coupable : est-ce que cela justifierait la mise au rebut de son œuvre ? L’homme serait certainement abject et devrait payer pour son crime. Faudrait-il pour autant maudire son œuvre ?

Il y a évidemment une autre pièce au dossier : Woody Allen a marié la fille adoptive de sa conjointe. Convenons-en, c’est répugnant, même si ce n’est pas illégal. Woody Allen est un grand tordu.

Justice

Mais s’il faut réserver le droit de s’exprimer à ceux qui ont une moralité certifiée, on ne publiera plus grand monde. Plutôt que de censurer Woody Allen, il faudrait lire ses mémoires. Ce qui implique de pouvoir les lire.

Et regarder ses films. On y trouve d’authentiques chefs-d’œuvre. Est-il permis de le confesser sans se faire insulter ?