/news/education
Navigation

Budget Girard: des classes spécialisées pour élèves doués

La hausse des dépenses en éducation se poursuit tout en étant moins élevée que l’an dernier

Bloc école
Photos d'archives, Daphnée Dion-Viens

Coup d'oeil sur cet article

L’augmentation des dépenses en éducation permettra de financer quelques nouveautés, dont la création de classes spécialisées pour les élèves doués.   

Après avoir connu une augmentation des dépenses de 5,1% l’an dernier en éducation, le gouvernement Legault annonce maintenant une hausse de 4,5%, ce qui lui permet de continuer à investir dans des mesures de soutien pour améliorer la réussite des jeunes, notamment au cégep et à l’université.  

Dans le réseau scolaire, Québec prévoit la création de 150 nouvelles classes spécialisées pour 2020-2021, qui s’ajouteront aux 150 déjà annoncées l’an dernier.   

Pour la toute première fois, des élèves doués pourront y avoir accès, en plus des élèves en difficulté. Il s’agit d’une «mesure très importante», selon le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui estime que les élèves doués «ont aussi le droit de recevoir des services différenciés».  

À la Centrale des syndicats du Québec, on considère plutôt qu’il s’agit d’une avenue «inquiétante» puisqu’il devrait y avoir davantage de mixité dans les écoles québécoises.  

300 professionnels de plus  

Québec prévoit par ailleurs recruter 300 professionnels supplémentaires dès la rentrée, qui s’ajouteront aux 700 nouvelles embauches qui ont été réalisées cette année, selon le ministre de l’Éducation.   

«Pour moi, c’est du jamais-vu», a lancé M. Roberge.  

Les syndicats d’enseignants doutent toutefois que ces embauches deviennent réalité en raison de la pénurie de main-d’oeuvre, et estiment que ce budget est loin de répondre aux besoins dans le réseau scolaire, puisque les sommes investies ne parviennent pas à compenser les compressions des années passées.  

Le dialogue de sourds se poursuit d’ailleurs entre Québec et les syndicats d’enseignants, qui sont en négociation pour le renouvellement de leur convention collective.  

Alors que le ministre Roberge considère que ce budget permet de «répondre aux cris du cœur qui ont été lancés» par les enseignants, la Fédération autonome de l’enseignement estime plutôt que Québec vit «dans un monde de câlinours».  

«On ne vit pas sur la même planète. Il y a un tel niveau de détresse sur le terrain que le ministre doit reconnaître l’ampleur du problème et poser des gestes pour régler le problème», affirme son président, Sylvain Mallette.  

Budget en éducation pour 2020-2021   

  • Embauche de 300 professionnels supplémentaires dans les écoles  
  • Ajout de 150 classes spécialisées pour élèves doués ou en difficulté  
  • Création de 350 nouvelles classes de maternelle 4 ans   
  • Construction de 1000 nouvelles classes et investissement massif pour rénover les écoles    

Autres mesures qui visent les jeunes   

  • Lutte à la dépendance aux écrans: 6 millions par année pendant cinq ans  
  • Prévenir la violence, l’intimidation et les problèmes psychosociaux: 30 M$ pour embaucher des intervenants dans les écoles 

Des millions pour augmenter la diplomation dans les cégeps et les universités

Québec veut augmenter la diplomation dans les cégeps et les universités afin de lutter contre la pénurie de main-d’œuvre.

Dès l’an prochain, le gouvernement Legault investira 60 millions $ dans un «chantier» visant à augmenter le nombre de diplômés en enseignement supérieur. 

Ces sommes serviront notamment à embaucher davantage de professeurs, à développer des nouvelles méthodes pédagogiques et des nouveaux parcours de formation, tout en offrant davantage de services pour les étudiants avec des besoins particuliers, notamment ceux éprouvant des problèmes de santé mentale.

«En augmentant notre taux de diplomation, on va être capable de combler plusieurs emplois», a affirmé le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Des bourses d’excellence de 1000$ pour les étudiants en génie et en informatique seront notamment créées, pour un total de 5 millions $ par année.

De l’argent pour les autochtones

Environ 220 M$ seront mobilisés entre 2019-2020 et 2024-2025 pour soutenir divers projets dans les communautés autochtones.

L’enveloppe principale, de 40 M$ par année, servira à des « initiatives prioritaires visant à favoriser le bien-être dans les communautés autochtones ». Ces initiatives touchent notamment la réussite scolaire et seront définies en concertation avec les communautés en fonction de leurs besoins.

Le reste servira à bonifier le Club des petits déjeuners en milieux autochtones, soutenir le développement des infrastructures de la région d’Eeyou Istchee Baie-James et faciliter l’accès à l’aide fiscale disponible, parfois non réclamée à cause de la barrière de la langue.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.