/news/politics
Navigation

Budget Girard: des «projets titanesques» à venir en transport collectif

Dans l’attente, deux fois plus d’argent sera investi dans le réseau routier d’ici 2030

Budget Girard: des «projets titanesques» à venir en transport collectif
Photo courtoisie Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les «projets titanesques» à venir, il faudra attendre encore au moins cinq ans avant que le gouvernement Legault investisse autant en transport collectif que dans notre réseau routier.  

À long terme, Québec anticipe que les investissements dans des projets de tramway, trains légers, autobus électriques et autres atteindront 43,8 milliards, comparativement à 42,5 milliards pour des projets dans le réseau routier.   

La somme de ces dépenses «sans précédent» en transport collectif est toutefois gonflée puisqu’elle inclut les contributions de partenaires comme le gouvernement fédéral et les sociétés de transports.   

Dans les faits, le plan d’investissements 2020-2030 dévoilé mardi prévoit 13,6 milliards en transport collectif. En incluant les 2,2 milliards réservés pour les projets à l’étude, comme le volet transport collectif du 3e lien ou l’interconnexion à l’ouest du réseau structurant de la Ville de Québec, ce montant grimpe à 15,8 milliards.   

Ainsi, pour l’instant, les investissements routiers (26,8 milliards) demeurent deux fois plus importants que ceux dans le transport en commun.   

«Pour les efforts titanesques, [...] nous repasserons», a réagi le député de Québec solidaire, Vincent Marissal.   

Dans un prochain mandat  

Interrogé à ce sujet, le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, a laissé entendre qu’il faudra attendre encore cinq ans avant que les investissements en transport collectif soient égaux à ceux du réseau routier.   

«Écoutez, vingt ans, c’est sûr que c’est trop loin, a précisé M. Dubé, en point de presse. Dix ans, pour moi aussi, c’est trop loin. Est-ce qu’on peut, à l’intérieur de 5 ans, faire bouger l’aiguille assez vite? Je pense que la réponse, c’est oui, étant donné l’importance des projets autonomes.»   

M. Dubé a notamment nommé, à titre d’exemples, le REM à Montréal (6,5 milliards), la ligne bleue à Montréal (5 milliards) et le réseau structurant à Québec (3 milliards), qui sont assez avancés.   

D’autres projets structurants à Gatineau, à Montréal, à Laval, à Longueuil et à Chambly figurent aussi au Plan québécois des infrastructures (PQI).   

Fait rarissime lors de la présentation d’un budget, le ministre des Transports, François Bonnardel, brillait par son absence au huis clos réservé aux journalistes, et cela même si le tiers du PQI 2020-2030 lui revient.   

Investissements en transport collectif   

Plan québécois des infrastructures 2020-2030:   

  • Réseau routier: 26,8 G$   
  • Transport collectif: 13,6 G$      

Anticipé à long terme:   

  • Réseau routier: 42,5 G$   
  • Transport collectif: 43,8 G$      

Quelques réactions:  

«Pour les efforts titanesques, [...] nous repasserons!» – Vincent Marissal, Québec solidaire   

«Des sommes hypothétiques, non budgétées» – Martin Ouellet, Parti québécois   

«Un exercice de relations publiques» – Christian Savard, Vivre en ville   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.