/news/politics
Navigation

Budget Girard: le budget vert de la CAQ éclipsé par le coronavirus

Le gouvernement n’a pas prévu de réserve spécifique pour faire face à la crise

Coup d'oeil sur cet article

Assombri par les effets du coronavirus sur l’économie mondiale, le budget vert de la CAQ risque de virer au rouge, si l’épidémie prend d’assaut le Québec. La crise du COVID-19 a même teinté la présentation du budget à l’Assemblée nationale, qui s’est déroulée sans la traditionnelle poignée de main.  

 • À lire aussi: 10 choses à retenir du budget Girard  

• À lire aussi: Un plan vert de 6,7 G$ qui laisse l’opposition sur sa faim  

• À lire aussi: 525,8 M$ pour le virage numérique des entreprises  

« S’il faut qu’on augmente les dépenses parce que les Québécois et les entreprises ont besoin d’aide. On va être là », a lancé le ministre des Finances, Eric Girard.   

Il reconnaît qu’un « effort supplémentaire » mettrait le Québec « en déficit après contribution au fonds des générations ».   

ÉCOUTEZ l'entrevue de Jade Bourdages, professeure et chercheuse à l'École de travail social de l'Université du Québec à Montréal, sur QUB radio: 

Aucune somme n’est planifiée au ministère de la Santé pour lutter spécifiquement contre une épidémie de COVID-19 au Québec, mais il existe un fond d’imprévus de 200 M$ au Conseil du trésor.   

Photo Simon Clark

Si la situation se dégrade, le Québec, dont les finances publiques sont en ordre, n’hésitera pas à allonger les millions.   

« Il n’est pas question de nuire à ce combat qu’on mène tous ensemble », a ajouté M. Girard.   

Il estime que l’augmentation des dépenses de programmes et dans les infrastructures donneront à l’économie un coup de pouce bienvenu dans les circonstances.    

Le deuxième budget de l’économiste Girard devait être celui de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques.     

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Christian Dubé, président du Conseil du trésor et ministre responsable de l’Administration gouvernementale, à QUB Radio :    

Fait rare : M. Girard parle d’environnement dès la première page de son plan et prévoit investir 4 milliards provenant du marché du carbone et 2 milliards « d’argent frais » au cours des six prochaines années.   

Les acheteurs de véhicules électriques pourront se réjouir : la subvention, un gros morceau, sera maintenue au coût de 1,4 milliard.    

Mais l’épidémie mondiale de coronavirus fait ombrage à ce plan de communication savamment préparé.   

Photo Stevens Leblanc

Pas de poignées de main  

Au huis clos budgétaire, le buffet était servi exceptionnellement par des employés, pour éviter la contamination du COVID-19, et une distributrice de produits désinfectants se trouvait bien en vue.   

Au Salon bleu, il n’y a pas eu de poignées de main lorsque le ministre des Finances a présenté son document et livré son discours.   

Le ministre des Finances, Eric Girard, arrive au Salon bleu pour déposer son bugdet. Il est accueilli par le premier ministre François Legault sans la traditionnelle poignée de main, en raison du coronavirus.
Photo Simon Clark
Le ministre des Finances, Eric Girard, arrive au Salon bleu pour déposer son bugdet. Il est accueilli par le premier ministre François Legault sans la traditionnelle poignée de main, en raison du coronavirus.

Le premier ministre François Legault a fait mine qu’il ne pouvait toucher à Eric Girard. D’autres collègues ministres ont choisi de taper le grand argentier avec le coude, dont les ministres des Transports, François Bonnardel, et de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.   

  • ÉCOUTEZ la chronique du journaliste Charles Lecavalier sur QUB radio:

Difficile surtout d’oublier le lundi noir qui a frappé les marchés boursiers la veille, et la décision de l’Italie de déclarer une quarantaine sur l’ensemble du pays.   

Photo Stevens Leblanc

Prévisions hasardeuses  

M. Girard et son équipe n’ont pas tout prévu. Les prévisionnistes estimaient que le taux directeur de la Banque du Canada demeurerait inchangé en 2020, alors qu’il a baissé la semaine dernière.   

Autre affirmation hasardeuse : « les prix du pétrole devraient rester relativement stables ». Ils se sont effondrés en fin de semaine. Aux finances, on fait toutefois contre mauvaise fortune bon cœur et on précise que pour le Québec, la chute des taux d’intérêt et des prix de l’énergie stimule la demande : le consommateur a plus d’argent dans ses poches.   

Budget 2020-2021   

  • Revenus : 121,2 milliards $   
  • Dépenses : 118 milliards $   
  • Augmentation des dépenses : 5,1 %    
  • Budget équilibré après versement au fonds des générations      

Ce qu’ils ont dit :              

Photo Stevens Leblanc

«Le ministre des Finances fait totalement abstraction de la menace de ralentissement économique. [...] C’est extrêmement hasardeux de faire un budget dans le contexte actuel sans mettre des provisions pour éventualités.»           

– Carlos Leitao, Parti libéral du Québec   

Photo Stevens Leblanc

«C’est un budget de l’apparence, écrit de telle façon qu’il donne l’impression que le gouvernement fait quelque chose en matière de lutte aux changements climatiques, mais en fait les avancements sont minimes.»           

– Manon Massé, Québec solidaire   

Photo Stevens Leblanc

«On ne peut pas parler d’un budget vert lorsque les investissements en transport collectif sont deux fois moins importants que les investissements pour les routes.»           

– Martin Ouellet, Parti québécois   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.