/news/politics
Navigation

Budget Girard: les projets ratios des infirmières financés par l’accord des médecins spécialistes

Bloc sante operation
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Québec compte en partie sur les millions économisés dans l’enveloppe salariale des médecins spécialistes pour financer la mise en place de ratios d’infirmières par patients réclamés depuis plus de deux ans.  

• À lire aussi: 10 choses à retenir du budget Girard  

• À lire aussi: Le budget vert de la CAQ assombri par le coronavirus  

Même si le deuxième budget du gouvernement Legault déposé mardi ne prévoit aucune somme pour financer cette mesure exigée par la Fédération interprofessionnelle du Québec (FIQ), la ministre de la Santé Danielle McCann assure que le projet pourrait toujours voir le jour.      

La ministre compte notamment sur les 313 M$ économisés cette année grâce à la révision de l’entente avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) pour financer ce rehaussement des effectifs infirmiers évalué par la FIQ à 660 M$ sur cinq ans.      

Les médecins spécialistes devront toutefois donner leur accord dans le cadre de l’Institut de la pertinence avant d’allouer ces fonds à l’allègement de la tâche des infirmières.     

«Souvent, la FMSQ nous a dit que, par exemple, ils ne peuvent pas faire plus de chirurgies parce qu’il n’y a pas assez d’équipes. Alors, ça, c’est une avenue», a commenté Mme McCann mardi.     

Une autre partie de la somme nécessaire pourrait provenir des négociations en cours avec le secteur public pour renouveler les conventions collectives, ajoute la ministre de la Santé.     

Donner de l’espoir  

Informée des propos de la ministre, la présidente de la FIQ, Nancy Bédard, a exprimé sa vive surprise, même si elle se réjouit de l’intention de la FMSQ de réallouer les sommes économisées au réseau de la santé. «Je pense qu’on n’avait pas besoin de l’argent des médecins spécialistes parce qu’il y a en masse d’argent dans le réseau», souligne toutefois Mme Bédard.     

En effet, d’importantes sommes sont annoncées pour diverses clientèles, dont 488,5 M$ pour améliorer l’accès au réseau de la santé, 190 M$ pour bonifier les soins aux aînés et 190 M$ pour les jeunes en difficulté.      

Une partie de ces sommes aurait pu servir à rehausser les conditions de travail du personnel, fait valoir Mme Bédard. « C’est un budget qui ne va pas donner d’espoir aux professionnels en soins demain matin », déplore la présidente de la FIQ.      

16 M$ pour la procréation assistée  

La somme n’est pas inscrite au budget, mais notre Bureau parlementaire a appris qu’un montant de 16 M$ par année sera consacré à rétablir la gratuité du premier cycle de fécondation in vitro. Aboli par le gouvernement Couillard, l’ancien programme finançait trois cycles de FIV, pour un coût moyen de 66 M$ par année. En plus de cette nouvelle somme, Québec devrait également maintenir le crédit d’impôt actuel pour financer les cycles suivants. Celui-ci rembourse entre 20% et 80% du prix des traitements, selon le revenu des ménages. Les couples québécois déboursent entre 8000$ et 15 000$ pour un cycle de fécondation in vitro. Le crédit d’impôt actuel coûte présentement 35 millions $ annuellement à l’État québécois.     

Crédit d’impôt pour les proches aidants  

Québec déposera ce printemps la toute première politique nationale pour les proches aidants. D’ici là, le budget Girard prévoit déjà un nouveau crédit d’impôt remboursable pour les proches aidants qui offrira une aide additionnelle d’une valeur de 102 M$ annuellement. Celui-ci remplacera le crédit d’impôt actuel pour les aidants naturels d’une personne majeure. Cette aide fiscale sera également « simplifiée ». Québec accordera désormais 1250$ à toutes les personnes qui se qualifient, et un autre montant supplémentaire de 1250$ si l’aidant naturel vit avec la personne aidée.      

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.