/sports/football/rougeetor
Navigation

De l’émotion au pro day de Kétel Assé au PEPS

Le bloqueur du Rouge et Or s’est exécuté devant sa mère et sa sœur

Le secondeur hybride Adam Auclair et le bloqueur Kétel Assé entourent le recruteur des Bears de Chicago Brad Obee présent au PEPS, mardi, pour le pro day des deux joueurs du Rouge et Or.
Photo Jean-François Desgagnés Le secondeur hybride Adam Auclair et le bloqueur Kétel Assé entourent le recruteur des Bears de Chicago Brad Obee présent au PEPS, mardi, pour le pro day des deux joueurs du Rouge et Or.

Coup d'oeil sur cet article

Kétel Assé a vécu une belle journée, mardi, à l’occasion de son pro day en compagnie d’Adam Auclair.

Le bloqueur du Rouge et Or de l’Université Laval s’est produit devant un recruteur des Bears et le directeur général des Alouettes de Montréal, Danny Maciocia, et, encore plus important, sous les yeux de sa mère et de sa sœur. « Ma mère a seulement vu trois parties de football dans ma carrière, a confié Assé très émotif. Elle n’aime pas que je frappe un adversaire ou que je sois frappé. Je la comprends de ne pas être présente plus souvent. C’est rare que ma mère vienne me voir et ce fut une belle expérience. »

« Aujourd’hui [mardi], ça représente beaucoup pour moi qu’elle soit présente pour cette journée, poursuit le gaillard de 6 pi 7 po et 305 livres en essuyant les larmes qui coulaient sur ses joues. Je suis très content qu’elle soit présente. Elle sait tous les efforts que j’ai mis dans ma préparation. Elle veut que je réussisse dans le football professionnel, mais elle veut avant tout que je sois heureux. »

Pas trop de pression

Satisfait de sa journée de travail ? « Je suis très satisfait de mes sauts et de mon développé couché, a-t-il indiqué. J’aurais aimé réaliser de meilleurs temps dans mes courses et j’espère m’améliorer aux tests du camp d’évaluation (26 au 28 mars) de la LCF à Toronto. J’étais très bien préparé et je n’étais pas stressé. Mon agent [Sasha Ghavami] m’avait dit de viser les standards et non pas viser trop haut. Je voulais savourer ma journée et éviter de me mettre trop de pression. J’en ai profité pour rire avec mes coéquipiers. »

« Que j’aie une chance dans la NFL ou la LCF, ça ne change pas, ajoute celui qui a participé au NFLPA Collegiate Bowl le 18 janvier dernier à Pasadena. Je veux seulement jouer dans les rangs professionnels. Je le fais gratuitement depuis 11 ans et je suis prêt à continuer au prochain niveau. Avec Adam et Marc-Antoine [Dequoy], on est plus dans une situation pour recevoir une invitation à un mini-camp plutôt que d’être repêché. »

Progression

Les recruteurs en Californie souhaitaient que Assé améliore sa flexibilité ainsi que son pas arrière en protection de passe. Sasha Ghavami estime que son protégé a fait un pas dans la bonne direction. « Il n’a pas encore atteint le niveau voulu et il y a encore du travail à faire, mais il a progressé, a-t-il souligné. Ce n’est pas quelque chose que tu peux régler en un mois et demi, mais il a progressé et doit continuer sur sa lancée. »

Au développé couché, Assé a réussi un record personnel en soulevant la barre de 225 livres à 26 reprises, deux de plus que son meilleur résultat à vie. Au saut vertical et au saut en longueur sans élan, il a réussi des bonds de 26,5 po et de 8 pi 7,5 po respectivement. Son chrono au sprint de 40 verges fut de 5 s 35 et il a réussi des temps de 5 s 48 au t-test et de 8 s 24 aux 3-cônes. 

Adam Auclair a pu compter sur l’appui de son frère

Les rôles étaient inversés, mardi, pour les frères Adam et Antony Auclair.

Si l’ailier rapproché des Buccaneers de Tampa Bay se produisait sous les yeux des recruteurs de la NFL en 2017, c’était maintenant au tour d’Adam de faire de même. « En 2017, c’est moi qui lui donnais des claques dans le “chest” avant qu’il fasse son développé couché et, aujourd’hui [mardi], c’est lui qui faisait la même chose. Antony ne voulait pas que je me mette de la pression. Mon pro day lui rappelait de bons souvenirs. »

Agent des deux joueurs, Sasha Ghavami n’a rien manqué des interactions entre les deux frangins. « Antony était très fier de voir son frère et il voulait l’encourager, a-t-il mentionné. C’était important pour Antony d’être présent. Ça paraît qu’ils sont très près l’un de l’autre et que leur famille est tissée serré. »

Le secondeur hybride du Rouge et Or était satisfait de sa prestation. « J’ai réalisé des marques personnelles dans la plupart de mes tests, a-t-il indiqué, à l’exception du t-test que j’aimerais revoir. J’aurais aimé réussir 4 s 5 au 40 m et je souhaite améliorer ma vitesse. Parce que je suis négligé, je voulais impressionner même si je ne suis pas le meilleur testeur. Il y a quelques années, je n’aurais jamais pensé participer à un pro day un jour. Tant mieux si j’ai pu améliorer ma valeur aux yeux des équipes de la LCF. »

Pas de comparaisons

Auclair et Kétel Assé ont pu compter sur un bon groupe de partisans. « J’ai l’habitude de faire le test du développé couché contre moi-même, a indiqué Auclair, mais c’est le fun que ma famille, mes amis et mes coéquipiers étaient présents. Ça ajoutait une énergie de plus. »

Auclair a réussi des sauts verticaux de 36 po et des sauts en longueur de 9 pi 4 po ; des chronos de 4 s 64 au 40 verges, de 4 s 50 au t-test (déplacements latéraux), de 6 s 90 aux 3-cônes, et il a réalisé 18 répétitions au développé couché. 

Auclair et Assé ont-ils augmenté leur valeur ? « C’est trop tôt pour dire s’ils ont augmenté leur valeur, mais ils n’ont assurément pas nui à leur valeur, a souligné Ghavami. Ce fut une bonne journée pour les deux. Les résultats ont été à la hauteur des attentes. Les gars sont contents et moi aussi je le suis. »

Si le 4 s 35 de Marc-Antoine Dequoy, des Carabins de l’Université de Montréal, a fait écarquiller des yeux, lundi, Ghavami estime qu’il ne faut pas faire des comparaisons pour tenter de mesurer l’intérêt éventuel des équipes à l’endroit de ses protégés.