/misc
Navigation

Rien ne presse pour Cole Caufield

Rien ne presse pour Cole Caufield
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Marc Bergevin doit rencontrer Cole Caufield et sa garde rapprochée cette semaine. Selon les observateurs avertis, Caufield a été un cadeau au 15e échelon de la première ronde. 

Il a marqué un impressionnant total de 72 buts en 64 matchs avec le programme national de développement américain l’an dernier. Toutefois, il a été le 7e espoir issu de cette équipe exceptionnelle à être appelé au premier tour en 2019.  

Jack Hughes a été la toute première sélection au profit des Devils. J’y reviendrai plus bas. Alex Turcotte, coéquipier de Caufield au Wisconsin, a été appelé par les Kings au 5e échelon. Puis, Trevor Zegras avec Anaheim (9e), Matthew Boldy avec le Wild (12e), Spencer Knight chez les Panthers (13e) et Cam York chez les Flyers (14e) ont précédé Caufield lors de la ronde initiale. Caufield a la particularité d’être le seul ailier droit du groupe. 

Plusieurs options 

Il y aurait quatre options envisagées par le clan Caufield pour la suite des choses. Évidemment, un retour à l’université avec les Badgers aurait du sens. Faire le saut dans le hockey junior canadien avec les Greyhounds de Sault Ste. Marie est aussi une possibilité. Les Greyhounds souhaitent recevoir le tournoi de la Coupe Memorial en 2021 et l’ajout à leur alignement de Caufield serait une bénédiction. Toutefois, cette option me semble farfelue. Les deux autres possibilités concernent le hockey professionnel, une avec le Canadien, l’autre avec le Rocket. 

C’est ici que je ramène Jack Hughes dans la conversation. Le jeune prodige connaît des débuts pour le moins difficiles dans la ligue nationale. Avec seulement 7 buts et 21 points en 60 matchs et un différentiel de -25, il a paru plus souvent mêlé que magicien sur la glace. Or Hughes était le moteur du programme national américain des moins de 18 ans la saison dernière. Accessoirement, il était le centre qui alimentait Caufield lors de 75 % des matchs disputés par l’espoir du Canadien. Pour expliquer le départ plus lent de leur vedette en devenir, les Devils ont parlé de la difficulté, pour Hughes, à se faire justice au milieu d’hommes plus matures physiquement. Hughes pèse quinze livres et mesure trois pouces de plus que Caufield. C’est à prendre en compte.  

Un peu de bonheur 

Le plan initial du Canadien était, selon moi, de présenter Caufield au public en cette fin de saison décevante. De l’offrir comme pilule du bonheur, un peu comme on l’a fait, il y a un an, avec Ryan Poehling. Je pense que le plan s’est modifié en constatant les débuts modestes de Hughes au New Jersey et le Championnat du monde junior décevant de Caufield.  

Et avec le retour confirmé de Claude Julien, croyez-vous vraiment que pour un développement plus efficace du jeune Caufield, il lui soit préférable de graduer tout de suite avec le Canadien ? Avec le Rocket et Joël, par contre, je serais en confiance. D’ailleurs, même si Nick Suzuki a prouvé sa valeur dans la LNH, son ralentissement de fin de saison me convainc que le rendre admissible au Rocket pour la course aux séries aurait été bénéfique pour le joueur comme pour l’organisation. Pour le plaisir du partisan aussi, mais ça, qui s’en soucie ?