/news/transports
Navigation

Troisième lien: 40% de financement fédéral... sinon un péage

François Bonnardel précise ses attentes vis-à-vis d'Ottawa

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a répondu aux questions des journalistes en marge du caucus de l’aile parlementaire gouvernementale.
Photo Simon Clark Le ministre des Transports, François Bonnardel, a répondu aux questions des journalistes en marge du caucus de l’aile parlementaire gouvernementale.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre des Transports, François Bonnardel, s’attend à ce que 40 % de l’ensemble des coûts du futur tunnel Québec-Lévis soient financés par le gouvernement fédéral, à défaut de quoi il faudra envisager un péage.

• À lire aussi: Budget Girard: pas de chiffre ni de détail pour le 3e lien dans le budget  

• À lire aussi: Budget Girard: des «projets titanesques» à venir en transport collectif  

En marge du caucus caquiste, mercredi, le ministre Bonnardel a raconté qu’il avait commencé à discuter financement avec la ministre fédérale de l’Infrastructure, Catherine McKenna, et son collègue de Québec, Jean-Yves Duclos.

« [Il y a deux semaines], je leur ai présenté la carte du nouveau tracé. Je leur ai mentionné jusqu’à quel point on était sérieux dans notre démarche, jusqu’à quel point la place du transport collectif était importante dans le nouveau tracé », a relaté le ministre des Transports.

« Moi, je m’attends à être capable d’aller chercher un financement de 40 % pour le tunnel Québec-Lévis, que ce soit par la Banque des infrastructures, que ce soit par un financement du fédéral », a ajouté M. Bonnardel.

Péage

Et s’il fallait que cette contribution fédérale ne soit pas au rendez-vous ? « Je vous ai déjà dit que le péage n’était pas une priorité, mais on va étudier toutes les formes de financement possibles », a réitéré le ministre des Transports.

À l’instar de la position libérale exprimée par Philippe Couillard pendant la dernière campagne électorale, le porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, Gaétan Barrette, n’est pas fermé à l’idée.

« Nous autres, on n’est pas contre le péage. [...] On n’en fait pas la promotion, mais dans une vision verte, c’est certainement une option à considérer », a indiqué le député de La Pinière à notre Bureau parlementaire.

Si l’objectif du ministre est de contrer « l’auto solo », M. Barrette croit même qu’il faudrait envisager la possibilité d’un tunnel dédié uniquement au transport en commun. « C’est une question légitime à laquelle le ministre doit répondre. Est-ce que, vraiment, on veut avoir un projet vert ? » a soulevé M. Barrette.

Part du transport collectif

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, a par ailleurs dû nuancer ses propos après avoir laissé entendre que la moitié du coût du projet de troisième lien – toujours inconnu – serait financée à l’intérieur des enveloppes dédiées aux projets de transport en commun.

Dans les documents budgétaires, les volets routier et transport collectif du futur tunnel Québec-Lévis sont d’ailleurs inscrits de façon distincte.

« Est-ce que ça sera 50/50 ? Je ne suis pas capable de vous dire ça aujourd’hui, a rectifié M. Dubé. [...] La connaissance des coûts, quand on l’aura, on l’allouera dans les bonnes proportions entre la partie transport collectif et [le] transport routier. » 

Ce qu'ils ont dit   

  • «En ce qui concerne le projet de troisième lien, nous évaluerons le projet avec grande attention lorsqu’il sera officiellement déposé par le gouvernement du Québec. À l’heure actuelle, nous n’avons pas assez d’informations pour prendre une décision», Jean-Yves Duclos, ministre libéral fédéral.  
  • «C’est au gouvernement du Québec de prioriser les projets. Nous sommes d’accord sur le principe du financement à 40% par Ottawa pour les projets d’infrastructures. Un futur gouvernement conservateur maintiendrait cet engagement», Pierre Paul-Hus, député conservateur.  
  • «Je n’ai rien à dire. Ce n’est pas de mes affaires. Je vais gérer le 40% qu’ils (les élus fédéraux) me donnent pour le tramway et je vais m’en tenir à ça», Régis Labeaume, maire de Québec.  
  • «Pour nous, le péage n’est pas une option. Le gouvernement fédéral doit participer au financement de ce magnifique projet. Il y a maintenant unanimité des villes de Québec et Lévis autour du tunnel et il faut en tenir compte», Gilles Lehouillier, maire de Lévis.  
  • «Quel est le véritable pourcentage de transport en commun dans ce projet? Quel sera l’achalandage? Le troisième lien, ça reste un projet autoroutier, bien plus qu’un projet de transport en commun», Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables.    
Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.