/news/coronavirus
Navigation

Le fédéral crée un fonds d'un milliard de dollars pour la lutte au coronavirus

Pendant ce temps, plusieurs pays ont injecté des sommes beaucoup plus imposantes face à cette crise

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le fédéral injecte 1,1 milliard $ dans les efforts déployés pour freiner la propagation du coronavirus au Canada, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau mercredi.  

• À lire aussi: Le personnel de la santé ne doit plus voyager dans les pays à risque  

Il s’agit d’une première étape. D’autres investissements sont attendus dans les prochaines semaines.    

Si le montant débloqué par Ottawa semble important, des pays comme l’Australie (16 G$), l’Italie (40 G$) et la Corée du Sud (16 G$) ont cassé leur tirelire pour lutter contre l’épidémie.      

Le fédéral soutient qu’il se prépare à la possibilité que 70% des Canadiens contractent la COVID-19, maintenant qualifiée de «pandémie» par l’Organisation mondiale de la santé.    

La ministre canadienne de la Santé, Patty Hajdu, a dit qu’il est loin d’être certain qu’autant de gens seront touchés.    

Voici un portrait de l’aide d’Ottawa en cinq points.    

500 millions $ aux provinces  

Près de la moitié de l’enveloppe ira aux efforts pour aider les provinces et territoires à s’attaquer au coronavirus. «À tous les premiers ministres provinciaux et à tous les Canadiens [...], nous allons faire en sorte que vous ayez tout ce dont vous avez besoin», a assuré M. Trudeau. La somme sera distribuée entre provinces au prorata de la population et pourra servir à faciliter l’accès au dépistage de la maladie et à l’achat d’équipement, comme des masques de protection.        

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Jean-Yves Duclos, président du Conseil du trésor, député de Québec et vice-président du comité ministériel sur le coronavirus à QUB radio:   

Soulager les travailleurs  

Ottawa a annoncé les premières mesures pour atténuer les pertes de revenus que vivent les Canadiens s’absentant du travail parce qu’ils sont placés en quarantaine ou en isolement préventif.     

La période d’attente d’une semaine qui prévaut normalement avant que l’assurance-emploi pour maladie s’applique est levée pour ces personnes. Autrement dit, le montant de leur première prestation sera calculé dès le jour 1 de leur absence. Seuls ceux qui s’isolent sous l’avis d’un responsable de la santé publique, d’un médecin ou d’un employeur seront admissibles.    

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

  

Adapter ses comportements en temps de pandémie  

Le premier ministre Trudeau et les membres de son gouvernement ont tour à tour insisté, hier, sur la responsabilité qui revient à tout un chacun de faire sa part pour limiter la propagation de la COVID-19 au pays. «On est dans une situation où les choix que feront nos citoyens vont avoir un impact direct sur la santé et sur l’économie du Canada», a soutenu M. Trudeau en insistant sur l’importance de bien se laver les mains fréquemment. Le premier ministre a par ailleurs indiqué que ses déplacements seront modifiés en fonction de la pandémie. D’autres élus fédéraux ont aussi changé leurs plans, comme le chef bloquiste, Yves-François Blanchet.    

Plus d’argent pour la recherche  

Ottawa investit 275 M$ dans la recherche contribuant à contrer la maladie. Cette somme s’ajoute aux 27 M$ déjà annoncés et partagés entre 47 groupes de chercheurs basés un peu partout au pays. Les fonds investis en recherche doivent notamment servir aux efforts mis dans l’élaboration d’un vaccin et d’outils diagnostiques.    

Pas de resserrement à la frontière  

Bloquer l’accès au Canada à des voyageurs provenant de pays qui sont des épicentres de la pandémie, comme la Chine, l’Iran et l’Italie, n’est toujours pas dans les plans d’Ottawa. Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a toutefois affirmé que « des mesures additionnelles » pourraient être annoncées concernant les contrôles dans les aéroports et les ports. Notons que plusieurs pays ont fermé leurs frontières à certains voyageurs, tels les États-Unis, l’Australie et le Salvador.