/news/currentevents
Navigation

Enquête sur la permission spéciale d’Eustachio Gallese

Le meurtrier pouvait fréquenter des salons érotiques

FD-SUSPECT-MEURTRE-QUEBEC
Photo Agence QMI, Marc Vallières Eustachio Gallese purge une peine d’emprisonnement à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans, pour le meurtre de Marylène Levesque.

Coup d'oeil sur cet article

La police de Québec poursuit son enquête dans le dossier d’Eustachio Gallese afin de déterminer cette fois si un acte criminel a été commis en permettant au meurtrier récidiviste de fréquenter des salons érotiques. 

• À lire aussi: Le Comité permanent de la sécurité publique se penche sur le meurtre de Marylène Levesque  

Eustachio Gallese a plaidé coupable le 27 février dernier à une accusation de meurtre au premier degré pour avoir poignardé à une trentaine de reprises Marylène Levesque, dans un hôtel de Sainte-Foy, le 22 janvier.     

Marylène Lévesque
Photo tirée de Facebook
Marylène Lévesque

Condamné en 2006 pour le meurtre de son ex-conjointe, et en semi-liberté depuis mars 2019, Gallese avait rencontré en juin 2019 sa victime dans un salon de massage, où son agente de libération conditionnelle lui avait donné le droit de se rendre à raison d’une fois par mois.     

  • Écoutez l'entrevue du député Pierre Paul-Hus avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

Cette permission avait été révoquée par les commissaires des libérations conditionnelles, en septembre 2019. Malgré cette interdiction, Gallese n’avait cessé de retenir les services de Marylène Levesque, par laquelle il était « obsédé ».    

Permission controversée  

Selon les informations obtenues par Le Journal, la police de Québec tente maintenant de déterminer si une infraction criminelle a été commise par l’un ou l’autre des professionnels attitrés au dossier de Gallese, durant sa semi-liberté, en lui octroyant cette permission fortement controversée.    

En janvier dernier, le chef du Service de police de la Ville de Québec, Robert Pigeon, affirmait vouloir comprendre pourquoi Gallese avait pu fréquenter des salons érotiques en toute impunité, rappelant qu’« obtenir des services sexuels moyennant rétribution, c’est un crime au Code criminel ».    

Se positionnant en faveur d’un « examen approfondi », le chef Pigeon disait faire confiance au processus d’enquête interne lancé par le Service correctionnel du Canada et la Commission des libérations conditionnelles à cet effet. Jamais il n’avait clairement été question que la police de Québec se penche elle-même sur ce cas.    

Enquête en cours  

Joint par Le Journal, le Service de police de la Ville de Québec a confirmé qu’une enquête était bel et bien en cours, refusant toutefois de se prononcer sur la nature exacte de cette dernière. « On rencontre toutes les personnes entourant ce dossier-là », a résumé la porte-parole Sandra Dion.    

Devant le Comité permanent de la sécurité publique et nationale, qui tenait une première séance sur le meurtre de Marylène Levesque, hier à Ottawa, le Service correctionnel du Canada a confirmé avoir eu des discussions récentes avec le chef Robert Pigeon. Le sous-commissaire principal Alain Tousignant a avancé que la police de Québec avait encore des « suspects et des témoins » à rencontrer dans cette affaire.    

— Avec la collaboration de Pierre-Paul Biron.