/finance/business
Navigation

Éric Martel passera d'Hydro-Québec à Bombardier pour remplacer Alain Bellemare

Départ surprise du grand patron d’Hydro-Québec qui prend la tête de la multinationale Bombardier

Coup d'oeil sur cet article

PDG d’Hydro-Québec depuis juillet 2015, Éric Martel sera nommé jeudi matin à la tête de Bombardier, ont confié au Journal plusieurs sources mercredi soir.  

M. Martel remplacera Alain Bellemare, qui était aux commandes de Bombardier depuis février 2015. Il ne touchera pas d’indemnité de départ.    

  • Marc-Antoine Pouliot, chef Médias et Affaires publiques chez Hydro-Québec, était à Dutrizac sur QUB radio: 

La nouvelle a surpris les salariés d’Hydro-Québec, qui s’attendaient à ce que le mandat d’Éric Martel soit renouvelé pour une autre période de cinq ans, a confié une source interne.    

Sophie Brochu pressentie   

Sophie Brochu, qui vient tout juste de quitter la direction d’Énergir, l’entreprise anciennement connue sous le nom de Gaz Métro, serait pressentie par le gouvernement pour prendre les rênes d’Hydro-Québec, a-t-on appris. Malgré tout, la société d’État tiendra un processus d’appel de candidatures en bonne et due forme.    

<b>Sophie Brochu</b><br /><i>Ancienne PDG d’Énergir</i>
Photo d'Archives, Stevens LeBlanc
Sophie Brochu
Ancienne PDG d’Énergir

Après cinq ans d’une restructuration tumultueuse chez Bombardier qui s’est soldée par des milliers de licenciements et d’innombrables ventes d’actifs, M. Bellemare tirera donc sa révérence. D’après une source au sein de l’entreprise, il était prêt à passer à autre chose.    

« Mais je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il est quand même déçu et qu’il a un pincement au cœur », a dit une source gouvernementale qui a requis l’anonymat.    

L’expert en gouvernance Michel Nadeau croit que la famille Bombardier et le conseil d’administration de l’entreprise montréalaise ont montré la porte à Alain Bellemare.    

« Son plan de redressement sur cinq ans n’a pas fonctionné », a tranché M. Nadeau.    

À l’arrivée de M. Bellemare chez Bombardier, l’action de l’entreprise se négociait à environ 2,50 $ à la Bourse de Toronto. Mercredi, le titre a clôturé à 83 cents, pas si loin de son creux historique de 72 cents, atteint en février 2016.    

Bombardier pris de court  

Bombardier a été pris de court par la décision du gouvernement de laisser sortir l’information, a précisé une source. L’entreprise n’était pas encore prête à faire une annonce.    

Selon nos informations, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a appris la nouvelle au cours des derniers jours tandis que son collègue de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a été mis au courant mercredi.    

Le scénario circulait toutefois au gouvernement depuis quelque temps, a indiqué l’une de nos sources.    

Un retour au bercail  

Avant que le gouvernement Couillard ne le nomme chez Hydro-Québec, M. Martel avait dirigé la division des avions d’affaires de Bombardier.     

La multinationale prévoit désormais se consacrer entièrement à ce secteur d’activités après avoir largué l’aviation commerciale, y compris le programme phare C Series, et annoncé la vente de sa division ferroviaire au géant français Alstom, le mois dernier.    

Alain Bellemare a soutenu qu’il n’avait pas eu le choix de délester Bombardier de nombreux actifs en raison de la forte dette accumulée par l’entreprise pour financer le développement de la C Series, qui porte maintenant le nom d’Airbus A220 et de nouveaux jets d’affaires.     

Ces investissements majeurs avaient été lancés alors que Pierre Beaudoin était PDG.    

En 2016, M. Bellemare a convaincu Québec d’investir 1,3 milliard de dollars dans la C Series. Ce placement vaut aujourd’hui 700 millions $, soit 46 % de moins.    

Rappelons qu’au début du mois, Le Journal a révélé que 56 cadres de Bombardier ont quitté l’entreprise depuis 2015 pour joindre les rangs d’Hydro-Québec.    

Éric Martel  

Le PDG d’Hydro-Québec, Éric Martel ne touchera pas d’indemnité de départ.
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin
Le PDG d’Hydro-Québec, Éric Martel ne touchera pas d’indemnité de départ.

Âge: 52 ans        

  • PDG d’Hydro-Québec depuis juillet 2015    
  • PDG de Bombardier Avions d’affaires en 2014-2015        

Rémunération en 2019: 832 066 $    

Alain Bellemare  

Alain Bellemare, quitte la direction de Bombardier après un règne houleux.
Photo d'archives, Ben Pelosse
Alain Bellemare, quitte la direction de Bombardier après un règne houleux.

Âge: 58 ans        

  • PDG de Bombardier depuis février 2015    
  • PDG de la division aérospatiale de United Technologies de juillet 2012 à janvier 2015        

Rémunération en 2018: 13,8 M$    

  

  

–Avec Philippe Orfali, Le Journal de Montréal, et Pierre-Olivier Zappa, TVA Nouvelles