/news/coronavirus
Navigation

Bateaux de croisière: les commerçants du Vieux-Québec craignent le pire

Ottawa envisage d’interdire les plus gros bateaux de croisière

Bateaux de croisière: les commerçants du Vieux-Québec craignent le pire
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coup d'oeil sur cet article

Des commerçants du Petit Champlain disent déjà ressentir les effets du coronavirus et craignent le pire si les bateaux de croisière se font interdire l’accès au pays.  

Selon plusieurs sources, le gouvernement fédéral évalue sérieusement la possibilité de fermer l’accès aux ports pour les navires transportant plus de 500 passagers. Ottawa déconseille déjà aux Canadiens de voyager sur tout bateau de croisière en raison de la facilité qu’a le virus à se propager dans ce type d’espace clos et bondé.   

«Moi, je suis très inquiet pour les mois à venir», commente Jacques Leclerc, gérant de la boutique La Malle aux souvenirs sur la rue du Petit Champlain. Pas moins de 85 % de sa clientèle vient de l’étranger, évalue-t-il.   

ÉCOUTEZ l'entrevue de Marjolaine De Sa, DG de l’association hôtelière de la région de Québec et Mario Girard, PDG du Port de Québec, sur QUB radio:

Ralentissement observé  

«C’est déjà le calme plat. Il y a un ralentissement très clair. La clientèle asiatique, je ne la vois pas. Si on interdit l’arrivée de tous les paquebots, ça va donner un dur coup à l’économie. Ça va être terrible», anticipe M. Leclerc. «Les pertes seront énormes, pour nous, dans les boutiques, les hôtels, les restaurants.»   

Sandra Turgeon, qui dirige le regroupement des commerçants du Petit Champlain, garde espoir que «les choses évoluent dans le bon sens» d’ici l’été.   

Officiellement, la saison des croisières doit débuter le 1er mai à Québec, avec la visite du Zaandam (1440 passagers). Mais le pic de la saison survient plus tard à la fin de l’été. « C’est surtout en septembre et en octobre que ça risque de faire très mal si ça perdure », souligne Michelle Martin de La Fudgerie, rappelant que les plus gros navires se succèdent à un rythme soutenu durant cette période.   

En attente des consignes  

Le Port de Québec dit être dans un état de veille constant.    

«On a des communications quotidiennes avec tous les ports de l’est du Canada et de la Nouvelle-Angleterre. Pour l’instant, c’est le statu quo. Les consignes seront émises par Santé Canada ou Transports Canada et on les appliquera», a indiqué, mercredi, Stéphane Michaud.   

— Avec la collaboration de l’Agence QMI