/news/provincial
Navigation

Logements sociaux, places pour aînés et mini-maisons à Québec

Les conseillères et membres de l'exécutif Marie-Josée Savard et Émilie Villeneuve (absente sur la photo) accompagnaient aujourd'hui le maire de Québec, Régis Labeaume, pour l'annonce de la Vision de l'habitation 2020-2030.
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES Les conseillères et membres de l'exécutif Marie-Josée Savard et Émilie Villeneuve (absente sur la photo) accompagnaient aujourd'hui le maire de Québec, Régis Labeaume, pour l'annonce de la Vision de l'habitation 2020-2030.

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec ambitionne de créer 5000 nouvelles habitations d’ici 2025 pour combler les besoins en logement et elle mise sur les logements sociaux, les places en résidences pour aînés et les mini-maisons.  

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a annoncé mercredi la vision de l’habitation de la municipalité pour les années 2020-2030. Avec le vieillissement de la population, l’arrivée de 28 000 nouveaux ménages d’ici 2036, l’étalement urbain et le faible taux d’inoccupation, la Ville sent le besoin d’agir.     

Le plan se décline en cinq volets. Grande nouveauté: la Ville va modifier sa réglementation pour permettre la construction de mini-maisons dans la cour et pour faciliter l’ajout de logements dans des annexes résidentielles. Les propriétaires pourront à coût limité et pour une légère hausse des taxes municipales augmenter leurs revenus en louant ces annexes et mini-maisons.     

Les conseillères et membres de l'exécutif Marie-Josée Savard et Émilie Villeneuve (absente sur la photo) accompagnaient aujourd'hui le maire de Québec, Régis Labeaume, pour l'annonce de la Vision de l'habitation 2020-2030.
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES
Les conseillères et membres de l'exécutif Marie-Josée Savard et Émilie Villeneuve (absente sur la photo) accompagnaient aujourd'hui le maire de Québec, Régis Labeaume, pour l'annonce de la Vision de l'habitation 2020-2030.

«On appelle ça densifier de façon intelligente», a exprimé M. Labeaume, qui convient que «ça va chialer quelque part», et que le règlement va «être costaud» à élaborer. La famille qui veut profiter de sa cour n’a pas nécessairement envie que le voisin ait vue sur sa piscine, a-t-il illustré. Il y a des habitudes à changer, dit-il. «On connaît les erreurs qui ont été faites. On va apprendre des erreurs des autres. On pense d'avoir 400 logements additionnels sur cinq ans.»     

Fonds de 20M$  

Également, on veut créer 2600 logements sociaux et abordables. Pour ce faire, on va ajouter un fonds de 20 millions $ sur cinq ans, dédié au logement social. La Ville espère que par effet de levier, on va générer des achats de terrains d’une valeur de 50 millions $. Elle incitera les promoteurs à inclure des logements sociaux dans leurs projets. On collaborera aussi avec le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale. Le produit des ventes de terrains sera réinjecté dans le fonds.     

Centres commerciaux  

On veut aussi ajouter 2000 places en résidences pour aînés. Pour ce faire, la Ville compte entre autres modifier le zonage des centres commerciaux pour y inclure des logements en hauteur. Un peu comme dans le cas du Mail Cap-Rouge. Elle augmentera le nombre de permis pour ce type de logement.     

La municipalité investira aussi 20 millions $ pour 40 places publiques, inspirées du succès de la place limouloise. «Je veux une place publique dans tous les quartiers de la ville», a indiqué le maire. On en profite pour faciliter l'agriculture urbaine en assurant «l'insertion harmonieuse» des potagers, toits verts, serres de production et autres aménagements verts.     

Finalement, on a l’intention d’impliquer la population et les promoteurs dans la réflexion en organisant des rencontres d’information.