/finance/opinion/columnists
Navigation

Un gouvernement (très) dépensier

budget Eric Girard
Photo Simon Clark Le ministre des Finances, Eric Girard, et le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, hier, au Parlement de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement de François Legault est nettement plus dépensier que le précédent gouvernement libéral de Philippe Couillard.  

Selon le cadre financier quinquennal du budget que vient de déposer le ministre des Finances, Eric Girard, les dépenses gouvernementales vont augmenter de 22,3 milliards $ au cours des cinq exercices financiers du gouvernement caquiste, allant de celui de 2019-20 à celui de 2023-24.    

C’est une augmentation des dépenses de l’ordre de 21 % en cinq ans, les dépenses passant de 106,5 milliards $, en 2018-19, à 128,8 milliards $, en 2023-24.   

À titre de comparaison, il faut savoir que sous l’ancien gouvernement Couillard et son ministre des Finances Carlos Leitao, les dépenses avaient grimpé de seulement 12,1 % au cours des cinq budgets libéraux, soit 9 points de pourcentage de moins que sous le gouvernement Legault.   

En chiffres absolus, les dépenses sous les libéraux ont grimpé lors de leurs cinq budgets de 11,5 milliards $, à peine la moitié de la hausse de dépenses gouvernementales prévues par l’actuel gouvernement caquiste.   

Mais les revenus...  

Au chapitre des revenus gouvernementaux, le ministre Eric Girard prévoit une croissance nettement inférieure à l’augmentation de ses dépenses.   

Sur les cinq années financières caquistes allant jusqu’à l’exercice 2023-24, l’argentier du gouvernement Legault anticipe une hausse de revenus de 17,5 milliards $, soit de 15,2 % par rapport à l’exercice 2018-19.   

Le ministre Girard prévoit que les revenus atteindront les 132,2 milliards $ en 2023-24, comparativement à 114,7 milliards $ lors de l’exercice 2018-19.   

À titre de comparaison, sous l’ancien ministre des Finances Carlos Leitao, les revenus gouvernementaux avaient bondi de 23 % lors de ses cinq années budgétaires, soit de 21,5 milliards $.   

Les surplus   

Que le gouvernement Legault soit moins « radin » que son prédécesseur, cela ne signifie pas qu’il renonce à réaliser des surplus budgétaires.   

Le ministre Girard prévoit accumuler cinq autres surplus budgétaires, pour un total de 17,3 milliards $, avant, bien entendu, les versements au Fonds des générations.   

Sous le précédent gouvernement libéral, le ministre Leitao avait accumulé des surplus pour un fabuleux total de 21,3 milliards $.   

Sa gestion ultra serrée des finances publiques, combinée à une économie en solide croissance, a généré des surplus nettement supérieurs à ses prévisions et attentes.  

Les cadeaux  

Profitant de l’assainissement des finances publiques sous les libéraux, le gouvernement Legault tient à nous rappeler qu’il s’est donné « comme priorité de remettre plus d’argent » dans le portefeuille des Québécois.   

Ainsi, depuis l’automne 2018, c’est un total de 9,6 milliards $ en cadeaux qu’il nous versera pendant ses cinq budgets. Cela comprend :   

– La réduction de la taxe scolaire : 2,18 milliards $   

– Les mesures de soutien aux familles : 4,74 milliards $   

– Les mesures pour aînés et personnes aidantes : 1,71 milliard $  

– Soutien pour les enfants handicapés et baisse des tarifs de stationnement dans les établissements de santé : 974 millions $  

Ces cadeaux directs à la population de 9,6 milliards $ représentent environ la moitié de l’augmentation des revenus que le ministre Girard prévoit récolter au fil de ses cinq budgets.   

Et par rapport à l’augmentation des dépenses gouvernementales, ces « cadeaux » grugent 43 % des 22,3 milliards $ d’augmentation sur cinq ans.   

Les fonctionnaires  

Dans son budget, le ministre Eric Girard évalue à seulement 2,9 milliards $ le montant sur cinq ans de l’augmentation salariale que son collègue du Conseil du trésor, Christian Dubé, offre aux employés des secteurs public et parapublic dans le cadre du renouvellement des conventions collectives.   

On parle ici d’une offre de 7 % sur cinq ans. C’est 2,4 points de pourcentage de moins que l’inflation prévue par le ministre Girard !   

Encore plus choquant pour les employés de l’État : l’offre du gouvernement Legault est plus de deux fois inférieure aux prévisions d’augmentation des salaires et traitements dans la province, lesquelles s’élèvent à 17,6 % sur cinq ans, selon le ministre Girard.