/news/provincial
Navigation

COVID-19: la Ville de Québec «en situation d’urgence»

Une certaine tension était palpable lors du point de presse de jeudi du maire de Québec, Régis Labeaume.
Photo Jean-François Desgagnés Une certaine tension était palpable lors du point de presse de jeudi du maire de Québec, Régis Labeaume.

Coup d'oeil sur cet article

Même si elle a décrété la situation d’urgence pour faire face à la propagation de la COVID-19, la Ville de Québec assure que les services municipaux essentiels seront maintenus en tout temps.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements de la pandémie COVID-19  

• À lire aussi: Événements culturels à Québec: voyez ce qui est annulé et ce qui aura lieu  

• À lire aussi: Premier cas confirmé de coronavirus en Chaudière-Appalaches  

• À lire aussi: Coronavirus: annulation des rassemblements intérieurs de plus de 250 personnes au Québec  

Régis Labeaume en a fait la promesse jeudi après-midi lors d’un point de presse au cours duquel les appels au calme côtoyaient une inquiétude palpable.

Parmi les services essentiels, le maire de Québec a cité le traitement de l’eau potable, le déneigement, la sécurité publique et la collecte des déchets.

« En gestion de crise, on sait quels sont les services principaux, mais il n’y a pas un service qu’on ne rendra pas. Et on s’équipe pour ça », a-t-il insisté. 

Ce dernier a ajouté : « on vient d’activer la cellule de crise que je dirige avec la coordinatrice de la sécurité civile, Chantale Giguère. Je comprends la population qui est très inquiète. »

Emboîtant le pas au gouvernement provincial, la Ville interdit désormais à ses employés de se rendre à l’étranger dans le cadre de leur travail. Elle oblige ceux d’entre eux qui sont de retour de voyage à faire du télétravail ou à s’isoler pendant 14 jours.

L’interdiction de voyager inclut d’ailleurs le maire, qui a annulé un déplacement qu’il devait faire à Philadelphie à la fin du mois.

Appel à la cohésion 

Pour le moment, la Ville garde ouverts les arénas, les bibliothèques et les piscines. Elle explique sa décision par son souci de cohérence avec les décisions gouvernementales et par le fait qu’elle ne disposerait pas d’une base juridique pour décréter une fermeture. 

« Si on a à fermer des piscines ou des bibliothèques, je pense qu’on va fermer les piscines et les bibliothèques partout au Québec. Il faut rester dans le cadre (juridique) bâti par le ministère de la Sécurité publique, la santé publique et le premier ministre », a signalé le maire.

Pour les événements qui attirent un grand public, la Municipalité dit discuter avec les promoteurs et les organisateurs pour examiner chaque situation au cas par cas. Le maire Labeaume a par exemple indiqué « qu’il ne se passera à peu près rien au Centre Vidéotron pour les 30 prochains jours ».

Les autobus nettoyés 

Aucun changement n’est toutefois prévu, pour l’instant, pour le nettoyage des autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC), qui continuera de se faire quotidiennement ou à tous les deux jours. 

De son côté, Chantale Giguère s’est voulue rassurante en rappelant que la Ville connaît ce type de situations d’exception qui ont déjà été mises en place lors de l’attentat à la grande mosquée ou encore durant le G7.

Ce qu’ils ont dit 

« On sait quoi faire. Rien n’est parfait, mais on est aux commandes de la Ville pour les fonctions qui nous regardent [...] Si, à un moment donné, il y a le choix entre déneiger ou garder la bibliothèque ouverte, on va fermer la bibliothèque et on va déneiger. »

— Régis Labeaume, maire de Québec 

«  On est confiant et on appuie le plan qui est mis en place [...] Restez calmes. Il n’y a pas lieu de paniquer. »

— Jean-François Gosselin, chef de Québec 21 

«  Si la situation était plus grave encore, on pourrait avoir une autre étape qui s’appelle la déclaration de l’état d’urgence local [...] Ça permet à la Ville de se doter de pouvoirs extraordinaires, comme réquisitionner des hôtels ou changer des voies de circulation de côté pour évacuer. »

— Chantale Giguère, coordonnatrice municipale de la sécurité civile