/finance/opinion/columnists
Navigation

Justin Trudeau économise 1 G$ grâce au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Pour les trois exercices financiers allant de 2018-19 à 2020-21, le gouvernement de Justin Trudeau va nous verser 1,35 milliard de dollars de moins en transferts fédéraux que le montant que le ministre des Finances Bill Morneau avait prévu nous accorder. 

Grâce à quoi le gouvernement Trudeau économise-t-il cette somme sur notre dos ? Grâce à la bonne performance économique de la province et à la hausse des revenus fiscaux que cette performance a engendrée. 

Ce qui a pour « conséquence » de nous faire perdre cette importante source de revenus fédéraux.  

L’économie de 1,35 milliard $ que réalise le fédéral par rapport à ses projections les plus récentes se répartit comme suit :  

  • 554 millions $ en 2018-19 
  • 434 millions $ en 2019-20 
  • 366 millions $ en 2020-21  

Remarquez que cette économie représente en soi une « bonne nouvelle » pour le gouvernement Trudeau qui est aux prises, comme on le sait, avec d’énormes déficits budgétaires. 

JALOUSIE 

Ce ne sont évidemment pas les premiers ministres des provinces de l’Alberta, de la Saskatchewan et de l’Ontario qui vont se plaindre de cette coupe de 1,35 milliard $ de transferts fédéraux au Québec. 

Étant considérées comme « riches » en vertu des savants calculs du soutien fédéral aux provinces, ces trois provinces ne reçoivent pas une cenne de péréquation de la part du gouvernement Trudeau, contrairement au Québec qui encaisse près des deux tiers de la précieuse cagnotte de la péréquation. 

Il faut savoir que la péréquation fédérale est un système de transfert d’impôts permettant d’équilibrer la richesse entre les provinces et ainsi octroyer aux gouvernements provinciaux des revenus suffisants pour leur permettre d’assurer les services publics à un niveau de qualité et de fiscalité sensiblement comparable. 

Or, comme le Québec accumule d’imposants surplus budgétaires depuis plusieurs années, cela choque notamment les premiers ministres de l’Alberta (Jason Kenney) et de la Saskatchewan (Scott Moe) de voir le Québec accaparer au fil du temps presque les deux tiers des versements de la péréquation fédérale. 

Ils sont d’autant choqués que les Québécois (dont François Legault) ne veulent rien savoir d’un pipeline qui permettrait à l’Alberta et à la Saskatchewan d’exporter le pétrole de leurs sables bitumineux vers l’Est canadien. La crise pétrolière que ces provinces traversent a radicalement fragilisé leurs économies respectives, et bien entendu leur santé budgétaire. 

L’IMPORTANCE DES TRANSFERTS FÉDÉRAUX 

Les revenus que le Québec tire du programme des transferts fédéraux représentent environ 21 % de ses revenus consolidés. 

Pour le nouvel exercice financier 2020-21, le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, prévoit encaisser 25,7 milliards, dont :  

  • 13,25 milliards $ en péréquation 
  • 6,77 milliards $ pour la santé 
  • 1,58 milliard $ pour les services sociaux 
  • 4,1 milliards $ pour divers programmes  

Selon les prévisions élaborées dans son budget, le ministre Girard anticipe que le poids des transferts fédéraux dans les revenus du gouvernement du Québec tombera sous la barre des 20 % dans cinq ans. 

On verra !