/opinion/columnists
Navigation

Le cégep français: c’est urgent!

Coup d'oeil sur cet article

Ils sont probablement nombreux à entendre parler pour la première fois de l’application de la loi 101 au cégep.

Pourtant, cette idée revient en boucle dans le débat public depuis vingt ans. Depuis le début des années 2000, en fait, elle circule chez les militants souverainistes, et surtout chez ceux qui se montrent particulièrement attentifs à la situation du français à Montréal.

Parce qu’il faut bien se l’avouer : pour ceux qui n’ont pas la mauvaise habitude d’attendre la catastrophe avant d’agir, la dérive que nous connaissons aujourd’hui était déjà repérable et plus qu’inquiétante. Alors déjà, les militants nationalistes plaidaient pour cette proposition, en donnant toutefois l’impression de crier dans le désert.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Urgent

On les accusait d’alarmisme linguistique et certains commentateurs les présentaient comme des ayatollahs de la langue française. On les suspectait d’anglophobie.

Vingt ans plus tard, la proposition jugée radicale la veille est devenue une mesure de salut public.

Car la situation du français dans la grande région de Montréal est devenue catastrophique, pour emprunter le terme de Frédéric Lacroix, un chercheur indépendant en démographie dont les écrits trouvent un grand écho ces temps-ci.

Il y a urgence linguistique.

Dans les faits, les Québécois financent leur anglicisation à même leurs fonds publics. Si le gouvernement ne se donne pas pour objectif de refaire du français notre langue commune, la situation deviendra irrécupérable. À moins qu’elle ne le soit déjà ? On prête au général Douglas MacArthur cette célèbre formule : « Les batailles perdues se résument en deux mots : trop tard. » On ne saurait pourtant capituler. Alors aussi bien replacer le combat pour le cégep français au cœur du nationalisme.

Les arguments en faveur du cégep français sont connus. Le cégep ne représente pas qu’une étape de plus dans le parcours scolaire d’une jeune personne. C’est à ce moment qu’on intègre véritablement la société et ses réalités économiques, sociales et culturelles. C’est un moment déterminant dans la socialisation qui orientera l’ensemble de la vie adulte.

En d’autres termes, sauf exception, on ne rejoint pas le cégep anglais simplement pour apprendre l’anglais (ceux qui y passent le maîtrisent déjà très bien, d’ailleurs), mais pour passer symboliquement d’une identité à une autre.

Nécessaire

Sans surprise, cette tendance est très présente chez les jeunes issus de l’immigration, dont l’intégration est malheureusement superficielle, mais elle touche aussi beaucoup de francophones pour qui le français est entré dans une dynamique de prolétarisation symbolique.

Le Québec se désagrège culturellement.

Le gouvernement du Québec peut toutefois inverser la tendance. Il l’a déjà fait en 1977 avec la loi 101. Mais cette dernière a atteint ses limites. Il lui faut un nouvel élan. Pour cela, il doit parler un langage de vérité. Il ne doit plus dissimuler la gravité de la situation, mais l’expliquer clairement aux Québécois. C’est à cette condition qu’il pourra les mobiliser. Cela exigera énormément de courage politique.

Il en va de la survie de notre peuple.