/sports/others
Navigation

Le Rouge et Or jouera à huis clos

L’équipe masculine de volleyball entame le championnat canadien vendredi

Volleyball
Photo courtoisie, John Gaudes Université du Manitoba Comme ce fut le cas, mercredi, lors de l’entraînement des Bisons du Manitoba, les équipes se produiront devant des gradins vides au Investors Group Athletic Centre, vendredi, alors que le championnat canadien se mettra en branle.

Coup d'oeil sur cet article

WINNIPEG | Le championnat canadien de volleyball masculin se déroulera à huis clos à l’Université du Manitoba, mais le premier match aura lieu comme prévu, vendredi midi, entre le Rouge et Or de l’Université Laval et les Carabins de l’Université de Montréal.

La décision conjointe a été prise par la Direction de la santé publique du Manitoba, qui a interdit les rassemblements de plus de 250 personnes, comme c’est le cas au Québec. 

Une décision identique a été prise en Alberta, où le Championnat canadien de volleyball féminin se déroule à Calgary. Le banquet des étoiles, qui devait se dérouler jeudi soir, a été annulé.

Quant aux deux championnats canadiens de hockey masculin et féminin, qui se déroulent respectivement à Halifax et à Charlottetown, ils ont été annulés jeudi en fin de soirée après une journée de compétition. Hockey Canada a suspendu toutes ses activités jeudi, ce qui faisait en sorte qu’il n’y avait plus un arbitre de disponible pour le tournoi.

Pas d’inquiétudes

L’entraîneur-chef du Rouge et Or, Pascal Clément, estime qu’il n’y a pas d’inquiétudes au sein de sa troupe. Le comité organisateur a soumis quelques consignes aux huit équipes. 

« On nous a demandé de ne pas donner la main après les parties, mais le coude, a mentionné l’attaquant des Carabins Olivier Riopel. Quand on pratique, on se tape dans les mains sans y penser. »

« Notre plus gros défi »

Sur le terrain, le Rouge et Or sera-t-il en mesure de renverser la vapeur, après avoir perdu ses cinq derniers duels face aux Carabins, dont deux corrections en finale provinciale ? Les Bleus ont remporté leurs 17 dernières parties.

« C’est de loin notre plus gros défi de la saison et l’un de nos plus gros au cours des dernières années, a résumé Clément. Depuis notre arrivée, nous avons fermé nos frontières qui se résument aux 16 joueurs et aux 4 membres de l’encadrement. Nous avons été trop perméables, surtout lors des deux dernières parties à Montréal. »

Retrouver le plaisir

Même si le Rouge et Or n’a pas connu la fin de saison souhaitée, Clément ne veut pas tout bouleverser. 

« Ça serait facile de jeter le bébé avec l’eau du bain. Nous sommes 0-5 contre Montréal et il y a eu un concentré de mauvaises performances dans les dernières semaines, mais le bébé a aussi fait de bonnes choses en disposant de Brandon et de la Saskatchewan et en poussant Queen’s en cinq manches, [lui] qui est le champion de l’Ontario. »

« Depuis le début de la semaine, le mot d’ordre est de retrouver le plaisir et d’aborder le championnat canadien avec le sourire, plutôt que d’essayer de trouver pourquoi nous avons perdu les deux parties de la finale provinciale, de poursuivre Clément. On a replacé l’énergie dans le bon sens. On ne peut pas faire un copié-collé des cinq dernières parties et espérer un résultat différent. On est rendus à l’étape de faire des choix importants et nous n’avons pas de marge de manœuvre de se tromper. »

S’il accorde tout le crédit qui revient aux Carabins, Clément estime que le Rouge et Or a aussi contribué à son propre malheur. 

« Il faut arrêter de jouer au père Noël. Les Carabins font leurs points, mais on leur en donne 13-14 par manche. Il faut jouer au volleyball au lieu de subir l’adversaire. Dans le dernier match de la finale, les Carabins ont bien joué, mais nous avons été lamentables. »

Les Carabins, « un groupe très ambitieux »

Deuxièmes favoris du championnat, les Carabins pourraient-ils pécher par excès de confiance face à un rival qu’ils ont dominé cette saison ?

« Les gars sont affamés et ils veulent une autre victoire, a souligné l’entraîneur-chef Ghazi Guidara. Nous sommes sur une pente ascendante, nous sommes en mission et on veut aller très loin. Nous sommes confiants, mais nous sommes aussi vigilants. Lors de la finale provinciale, nous avons très bien profité du fait d’évoluer au CEPSUM. Cette fois-ci, nous serons en terrain neutre. »

Écartés du podium depuis 1993, les Carabins visent-ils à remporter un premier titre depuis 1970 ? « Pendant toute la saison, nous n’avons pas eu d’objectif, assure Guidara. Le but est de gagner chaque point, chaque manche et chaque partie. On a franchi des paliers et nous sommes maintenant au championnat canadien. On a un groupe ambitieux et très homogène, et le personnel doit suivre la vitesse de ces gars-là. »

Se méfier

Vétéran du groupe en compagnie du passeur étoile Gabriel Chancy, l’attaquant Olivier Riopel se méfie. 

« Nous sommes vraiment confiants et nous avons mérité notre deuxième place au pays, mais on doit se méfier, a-t-il résumé. Historiquement, Laval a eu de la misère à Montréal et nous à Québec. Le match sera disputé dans un environnement neutre et on n’oublie pas ce facteur dans l’équation. On se concentre sur nous et non sur nos adversaires. On aimerait se rendre en finale, mais on se concentre sur l’exécution et non le résultat. »

« Depuis Noël, nous sommes en ascension, ajoute Riopel. Nos succès sont le fruit des efforts des deux dernières années. Nous avons sensiblement le même groupe que l’an dernier. »