/news/currentevents
Navigation

Mont-Sainte-Anne: les télécabines fermées pour une durée indéterminée

Plusieurs experts se pencheront sur les problèmes de la remontée mécanique

FD-ACCIDENT MONT ST ANNE GONDOLES
Photo Agence QMI, Marc Vallières

Coup d'oeil sur cet article

Les télécabines de la station de ski Mont-Sainte-Anne resteront fermées pour une durée indéterminée, le temps que la lumière soit faite sur les causes d'un second incident, survenu mercredi.  

• À lire aussi: Mont-Sainte-Anne: un deuxième incident survient avec la même remontée mécanique  

• À lire aussi: Accident au Mont-Sainte-Anne: une demande d’action collective déposée  

La direction de la station de ski confirme qu’un creux de tension est survenu le 11 mars dernier, tout comme lors de l'incident du 21 février. Toutefois, il est trop tôt pour savoir s'il s’agit de la cause exacte du second incident.   

«Nous sommes abasourdis par ce qui s’est passé mercredi, étant donné que nous avions rouvert les télécabines le 1er mars, à la suite d’un certificat de conformité et de sécurité globale, émis par un expert ingénieur provenant du manufacturier et qui a été révisé et approuvé par la Régie du bâtiment du Québec», indique Maxime Cretin, vice-président et directeur général de la station.   

FD-ACCIDENT MONT ST ANNE GONDOLES
Photo Catherine Bouchard

Dans les prochains jours, un ingénieur indépendant et des experts externes se pencheront sur la situation des télécabines du Mont-Sainte-Anne, pour comprendre et régler le problème.   

La RBQ, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) ainsi que le manufacturier des télécabines seront mis à contribution.   

«Jamais on n’aurait pensé qu’il puisse y avoir une récurrence, poursuit M. Cretin. On veut vraiment faire la lumière sur ce qui s’est passé, rassurer notre clientèle et régler le problème une fois pour toutes.»   

M. Cretin refuse de s’avancer sur une date de réouverture des télécabines.    

«Honnêtement, aujourd’hui on ne parle même pas de prendre une décision. La remontée est cadenassée et on veut s’assurer qu’il n’y ait aucune donnée qui soit altérée pour le processus de compréhension», fait-il valoir.   

Le 21 février dernier, l’accident des télécabines avait fait 21 blessés. Une action collective a été déposée contre le Mont-Sainte-Anne pour défaut «d’entretenir et d’inspecter la station de ski, y compris la remontée mécanique».   

Mercredi, 32 personnes ont été évacuées et une personne, légèrement blessée, a été transportée à l’hôpital.