/entertainment/movies
Navigation

Cinéma québécois: des sorties compromises

Tu te souviendras de moi
Photo courtoisie, Les Films Opale Le public québécois devra attendre encore quelques mois avant de découvrir le film Tu te souviendras de moi qui réunit à l’écran Rémy Girard et Karelle Tremblay.

Coup d'oeil sur cet article

Le milieu du cinéma québécois subit déjà les contrecoups de la COVID-19. La sortie du film Tu te souviendras de moi, qui était prévue pour la semaine prochaine, a été repoussée à une date ultérieure. Quant aux longs métrages qui prennent l’affiche en fin de semaine, leur vie en salles pourrait être de courte durée si la pandémie continue d’évoluer rapidement. 

• À lire aussi: Salles de cinéma: Ouverts malgré tout

Ce n’est pas de gaité de cœur que le producteur Christian Larouche (Louis Cyr) a pris la décision hier de repousser la sortie du film Tu te souviendras de moi. Tout était en place pour que ce long métrage du réalisateur Éric Tessier (Junior Majeur) qui met en vedette Rémy Girard soit lancé sur plusieurs dizaines d’écrans à travers la province vendredi prochain.  

« Mais malheureusement, dans les circonstances actuelles, on n’a pas d’autre choix que de reporter la sortie du film », a laissé tomber Christian Larouche en entrevue au Journal

« C’est “plate” mais je pense que c’est pour le bien de tout le monde de faire ça. C’est sûr qu’on perd de l’argent en prenant cette décision, mais je pense que ça serait trop risqué de lancer le film dans la situation actuelle. Le film a de meilleures chances de trouver son public s’il prend l’affiche plus tard cette année, peut-être à l’automne. »

À l’affiche malgré tout

Pour les films Mont Foster et Les nôtres, deux productions québécoises qui prennent l’affiche aujourd’hui, il était trop tard pour changer les plans. 

« On n’a pas le choix : on va de l’avant comme prévu, affirme le distributeur Louis Dussault (K-Films Amérique) qui s’occupe de la mise en marché de Mont Foster, un thriller psychologique mettant en vedette Laurence Leboeuf et Patrick Hivon.  

« On est bien conscients qu’on va se battre contre la panique et les plateformes numériques, mais je considère que la meilleure offre pour les cinéphiles se trouve dans les cinémas du Québec. Il faut continuer à aller au cinéma ! »

Même son de cloche du côté de l’équipe du drame Les nôtres : « Notre film sera présenté dans des salles de moins de 220 personnes, donc ça ne cause pas de problème pour nous, indique l’attachée de presse Annie Tremblay. On a reçu toute la journée des courriels des propriétaires de cinémas qui disent de ne pas s’inquiéter parce qu’ils ont mis en place des mesures sécuritaires importantes dans leurs salles. Je suis assez confiante que les gens vont continuer à aller au cinéma parce que c’est une des seules activités culturelles qui nous restent avec la télévision. »