/news/society
Navigation

Des funérailles annulées en raison du coronavirus

Audrey Harnois et Gabriel Robert, du salon funéraire Wilbrod Robert
Photo DIDIER DEBUSSCHÈRE Audrey Harnois et Gabriel Robert, du salon funéraire Wilbrod Robert

Coup d'oeil sur cet article

Des familles de la région de Québec ont décidé d’annuler des funérailles qui devaient se dérouler dans les prochains jours alors que des centres funéraires demandent aux visiteurs d’éliminer les poignées de main et les accolades pour éviter la propagation du coronavirus. 

Dans les centres funéraires contactés par Le Journal vendredi, les activités sont maintenues, reportées ou annulées selon la décision prise par chaque famille.  

De manière générale, les cérémonies se dérouleront comme prévu. 

Au moins cinq familles ont néanmoins décidé d’annuler ou de reporter des funérailles qui devaient être tenues au cours des prochains jours ou semaines. «On a fait un choix civique, on ne voulait pas que l’événement soit un vecteur de maladie pour nos proches et nos amis», a affirmé un membre d’une de ces familles qui a préféré ne pas être identifié. 

Au diocèse de Québec, où on compte en moyenne environ 70 funérailles par semaine, les autorités ont eu connaissance d’une annulation jusqu’à maintenant. «Ce n’est pas généralisé, c’est plutôt l’exception», indique la directrice des communications, Valérie Roberge-Dion. 

Contact physique à éviter 

Dans les centres funéraires et les églises, les gens sont invités à mettre la main sur le cœur et à faire un signe de la tête en guise de condoléances, afin d’éviter la traditionnelle poignée de main et les accolades.  

Des affiches ont d’ailleurs été installées pour rappeler aux gens les mesures de prévention. Certains centres vont même jusqu’à demander aux familles d’annuler le buffet qui suit habituellement la célébration. «On va couper dans ce qui n’est pas essentiel et on va suivre la situation qui évolue d’heure en heure», a indiqué Dominic Bouchard, propriétaire des Résidences funéraires F.X. Bouchard. 

D’autres songent à annuler la tenue des funérailles puisqu’il est difficile de prévoir si l’événement regroupera moins de 250 personnes. «Depuis vendredi, on se demande si on ne devrait pas tout annuler», lance Audrey Harnois, directrice des funérailles au salon funéraire Wilbrod Robert. 

Cette dernière rappelle que les aînés, souvent nombreux à assister à ce type d’événement, sont les personnes les plus susceptibles de développer des complications si elles contractent la COVID-19. 

Pour les familles dont certaines personnes seraient trop à risque de se présenter aux funérailles, plusieurs maisons offrent désormais la diffusion sur le web de la cérémonie. 

– Avec la collaboration de Frédérique Giguère