/news/currentevents
Navigation

Faire de mauvaises blagues sur la maladie peut mal tourner

Coup d'oeil sur cet article

Les accusés qui croient pouvoir s’en sortir en brandissant la crainte du coronavirus feraient mieux d’y réfléchir par deux fois avant de faire une mauvaise blague à la cour, puisqu’ils pourraient être accusés de méfait.

« C’est comme de dire qu’on a une bombe dans un avion. Ce n’est pas une joke à faire », explique le criminaliste Guillaume Langlois.

Dans les derniers jours, le palais de justice de Montréal a dû faire face à de faux cas de coronavirus, dont un qui a déclenché un branle-bas de combat et forcé l’évacuation d’une salle.

Salle décontaminée

Mardi, une personne était de retour en cour concernant sa garde forcée dans un établissement psychiatrique. L’homme, dont on ne peut donner l’identité, a alors dit avoir été en potentiellement contact avec la COVID-19.

Le personnel n’a pas pris de risque, si bien que les causes dans cette salle ont été suspendues et une équipe a dû la désinfecter de fond en comble. 

Car avec un afflux d’environ 10 000 personnes par semaine au palais de justice de Montréal, les autorités n’ont pas voulu tenter la chance.

« Il n’y avait pas de risque à prendre, même si on se doutait que ce n’était pas vrai », a confié au Journal un intervenant bien au fait de la situation.

Le patient a subi des tests, qui se sont finalement avérés négatifs.

Possible méfait

Le Journal a d’ailleurs appris que dans les derniers jours, des gens se sont présentés aux arches de sécurité du palais de justice de Montréal en disant avoir le coronavirus.

Or, si ces personnes se pensent drôles, leur mauvaise blague pourrait se retourner contre eux, au même titre que ceux qui prétendent, en rigolant, être armés. 

Ils pourraient être accusés de méfait pour avoir déclenché inutilement une enquête, ou encore d’avoir gêné l’exploitation d’un bien si des salles doivent être fermées en raison de cette fausse alerte.

« Il faut toutefois que la Couronne fasse la preuve que l’accusé avait l’intention de commettre le crime », rappelle le criminaliste Michael Morena.