/sports/others
Navigation

Fin de parcours pour Gabriel Chancy

Gabriel Chancy
Photo courtoisie, James Hajjar Le joueur étoile des Carabins Gabriel Chancy a mis fin à sa carrière de volleyball universitaire.

Coup d'oeil sur cet article

WINNIPEG | Gabriel Chancy ne croyait jamais tourner une page aussi importante de sa vie de façon aussi abrupte. 

Joueur étoile des Carabins de l’Université de Montréal ayant évolué au CEPSUM depuis ses premiers pas, le passeur de 5e année des Bleus avait le cœur en miettes quand il a appris la nouvelle de l’annulation du championnat en raison de la COVID-19.  

Avant d’enfiler le maillot des Bleus, Chancy accompagnait son père, Jean-Pierre, qui a dirigé l’équipe féminine pendant 14 ans et qui a, par la suite, occupé le poste de coordonnateur du programme d’excellence. 

« C’est une partie importante de ma vie qui se termine », a exprimé Chancy, la voix nouée par l’émotion. « J’ai de la misère à trouver les mots pour décrire ce qui se passe. Depuis 24 ans, je gravite dans l’entourage de l’équipe. Peu importe la façon [dont ça se serait terminé], cela aurait été très émotif, mais ça fait très mal de terminer de cette façon. C’est une grosse page qui se tourne. » 

« Après l’annonce, j’ai parlé aux gars pour leur dire comment j’étais fier d’avoir été leur capitaine au cours des dernières années et du chemin parcouru par le programme, de poursuivre Chancy. Je suis très fier de ce que je laisse derrière. J’espère que les gars vont prendre ça et l’amener à un autre niveau, afin de faire rayonner le programme encore plus. La culture va rester et je suis convaincu que le programme va connaître du succès. Il y aura une partie de moi et d’Alexandre Lafontaine [l’autre finissant] là-dedans. » 

Cette fin abrupte est d’autant plus difficile que les Carabins pouvaient aspirer à de grandes choses. 

« Tous les espoirs étaient permis, a résumé le joueur par excellence du RSEQ. Tout le temps et les efforts qu’on fait au fil des ans, c’est pour culminer dans des moments comme ceux-ci. Le sentiment général est : pourquoi cette année ? Ça fait mal de se faire arracher le national comme ça. » 

« Grand mentor » 

Évoluant sous la direction de Ghazi Guidara depuis trois ans, Chancy a pu compter sur les connaissances de l’ancien passeur international pour améliorer son jeu, mais il retient un aspect encore plus important de la contribution de l’ancien Olympien. 

« Je suis devenu un meilleur passeur parce que je suis devenu un meilleur humain et je suis extrêmement reconnaissant de sa contribution, a-t-il confié. Je me suis amélioré comme leader, comme coéquipier. Ghazi a été un grand mentor, et je le considère comme un membre de ma famille. Sur le plan collectif, il a apporté à l’équipe la fougue et la passion qui manquaient. J’ai embarqué dans son projet et j’ai profité de son expérience. » 

Pour ce dernier tour de piste, Chancy était accompagné de son père qui agissait comme chef de délégation pour les Carabins. Le paternel quittera, lui aussi, les Carabins pour profiter de la retraite. « On voulait boucler la boucle ensemble, a imagé le membre de la première équipe d’étoiles au pays. Il y aurait eu moyen que ça finisse d’une autre façon. C’est particulier d’avoir vécu les trois derniers nationaux ensemble. » 

Europe 

Sa carrière universitaire terminée, Chancy souhaite faire le saut chez les professionnels en Europe. « Mon objectif n’a pas changé, a-t-il précisé. L’an dernier, mon agent avait déniché des offres, mais j’avais décidé de revenir avec les Carabins pour une dernière saison. »