/finance
Navigation

Coronavirus: 10 milliards $ pour les entreprises et taux directeur à 0,75%

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | La Banque du Canada a abaissé son taux directeur d’un demi-point de pourcentage pour une deuxième fois en peu de temps, vendredi, dans l’espoir d’atténuer l’effet économique de la pandémie du coronavirus. 

Dans le même temps, le gouvernement Trudeau a annoncé qu’il débloque 10 milliards $ en crédit pour aider les entreprises canadiennes durement touchées par la COVID-19.  

«Il est déjà clair que la propagation du coronavirus a des conséquences significatives pour les Canadiens et pour l’économie», a dit le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, en déclarant que le taux directeur passait de 1,25% à 0,75%.  

Il s’agit de la deuxième fois en autant de semaines que la banque centrale abaisse son taux cible de 0,5%, un fait rare.  

Risques de récession  

Plus tôt vendredi, la Banque Royale du Canada a tiré la sonnette d’alarme en disant anticiper que la pandémie entraînera le Canada dans une récession économique. La CIBC y est allée d’un avertissement similaire.  

Or, le ministre des Finances, Bill Morneau, estime qu’il est trop tôt pour tirer cette conclusion.  

«Nous savons qu’il y a un niveau d’incertitude important en ce moment à cause de la situation, [mais] c’est difficile de savoir l’ampleur et la durée du défi que pose le coronavirus», a-t-il dit.  

Il a du même souffle assuré qu’Ottawa est prêt à affronter «toute éventualité», ajoutant qu’une série de mesures fiscales seraient présentées la semaine prochaine. Le but est d’aider les Canadiens qui seront de plus en plus nombreux à ne pas pouvoir travailler parce qu'ils doivent se placer en quarantaine ou en isolement préventif.  

Premier coup de pouce aux entreprises  

En attendant, M. Morneau a annoncé la mise sur pied d’un programme de facilitation de crédit destiné principalement aux petites et moyennes entreprises.  

«Cela mettra 10 milliards $ additionnels à la disposition des entreprises canadiennes [par le biais] de la Banque de développement du Canada et Exportation et développement Canada», a-t-il expliqué.  

Parallèlement, la Bureau du Surintendant des institutions financières a décidé de réduire la réserve pour stabilité intérieure de 1,25%, faisant passer son taux de 2,25% à 1%.  

«Selon nos calculs, cela va augmenter la capacité des grandes banques pour faire des prêts d’un montant d’au moins 300 milliards $», a souligné le surintendant des institutions financières, Jeremy Rudin.  

À Services économiques TD, on a salué les mesures mises en place vendredi, tout en demandant un soutien suffisant pour les travailleurs essuyant des pertes de revenus.  

«Nous espérons des mesures additionnelles au moins équivalentes pour soutenir les individus et les ménages, incluant les travailleurs autonomes ou ceux qui ne font pas assez d’heures et qui pourraient ne pas avoir accès aux programmes d’assurance-emploi», a réagi Brian DePratto, économiste principal.