/news/coronavirus
Navigation

La pizzeria Nina ferme jusqu’à nouvel ordre pour lutter contre le coronavirus

La pizzeria Nina ferme jusqu’à nouvel ordre pour lutter contre le coronavirus
Photo d'archives Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

Un premier restaurant a fermé temporairement à Québec, vendredi, dans la foulée de l’épidémie de la COVID-19. Nina, pizza napolitaine a décidé de renvoyer à la maison les travailleurs de ses deux succursales, dans Saint-Roch et Saint-Jean-Baptiste, en attendant que la tempête se calme.  

• À lire aussi: Trump déclare l’état d’urgence face à la pandémie de coronavirus  

• À lire aussi: Coronavirus: Ottawa demande d'éviter tout voyage à l'étranger  

• À lire aussi: La Ville de Québec maintient ses installations ouvertes pour aider les parents  

• À lire aussi: Le député caquiste Ian Lafrenière en isolement volontaire  

«On regarde nos deux restaurants qui sont toujours bondés, avec plus de 60 employés combinés, et on s’est dit qu’on n’était plus vraiment à l’aise avec ça en ce moment. On s’est dit que c’était la meilleure chose, qu’il ne fallait pas penser au portefeuille et que l’on pense un peu au bien commun», explique la copropriétaire, Pénélope Lachapelle. 

La pizzeria de quartier pense que d’autres bannières risquent bientôt de faire de même, puisque «la distanciation sociale, tout comme le lavage de mains, est le meilleur moyen pour éviter de contribuer à la propagation du virus». 

«Nous espérons que nos pairs de l’industrie feront de même pour que tout ce tourment soit bientôt derrière nous», a écrit l’entreprise dans une publication sur Facebook. «C’est très sage de votre part», a commenté une cliente, un sentiment que plusieurs autres ont partagé. 

Mais attention: «c’est loin d’être une fermeture définitive», a prévenu Mme Lachapelle, qui envisage, pour le moment, que les activités seront au neutre pendant au moins deux semaines. 

Cette décision tombe alors que Nina vient de lancer, en février, son premier établissement en Haute-Ville. Les pertes financières risquent d’être «énormes», reconnaît la restauratrice, qui dit avoir agi par conscience et qui suivra de près les annonces gouvernementales pour venir en aide aux entrepreneurs en ces temps difficiles.