/news/consumer
Navigation

[PHOTOS] Coronavirus: chaos à l'épicerie

Les supermarchés sont pris d’assaut par des clients qui craignent une mise en quarantaine

Comme dans toutes les épiceries, il ne restait plus de papier de toilette, hier, au IGA de Saint-Romuald.
Photo Jean-Francois Desgagnés Comme dans toutes les épiceries, il ne restait plus de papier de toilette, hier, au IGA de Saint-Romuald.

Coup d'oeil sur cet article

C’était encore le chaos vendredi, dans plusieurs supermarchés, alors que les mesures de précaution prises par le gouvernement contre le coronavirus ont alarmé des milliers de personnes qui ont voulu faire le plein de provisions en cas de quarantaine.   

• À lire aussi: Guide pratique sur le Covid-19

Les tablettes de plusieurs épiceries étaient toujours vides dans les commerces et rien n’indique que la situation est sur le point de s’améliorer.   

Une cliente du Super C de Neufchâtel,  Nathalie Marcotte, considère que «c'est la folie» dans les épiceries de Québec.
Photo Diane Tremblay
Une cliente du Super C de Neufchâtel, Nathalie Marcotte, considère que «c'est la folie» dans les épiceries de Québec.

« C’est la folie. Je ne comprends pas la ruée vers le papier de toilette. Je n’ai jamais vu ça ! » a partagé une cliente du Super C de Neufchâtel, Nathalie Marcotte, qui était aux portes du supermarché dès l’ouverture, hier matin, à 8 h, avec une cinquantaine d’autres clients.  

Comme dans toutes les épiceries, il ne restait plus de papier de toilette, hier, au IGA de Saint-Romuald.
Photo Diane Tremblay

D’ailleurs, dès l’ouverture, Le Journal a constaté que certaines tablettes étaient vides. Il ne restait pratiquement plus rien dans le rayon des viandes. La farine et le papier de toilette se faisaient également très rares.  

Comme dans toutes les épiceries, il ne restait plus de papier de toilette, hier, au IGA de Saint-Romuald.
Photo Diane Tremblay

Dans la seule journée de jeudi, les ventes de ce Super C ont crû de 114 % par rapport à la même date l’an dernier.  

ÉCOUTEZ l'entrevue de Mathieu Montaroux, consultant en préparation d'urgence, sur QUB radio:  

  

Des denrées rares  

Cette photo d’un client du Costco de Sherbrooke est devenue virale sur les réseaux sociaux.
Photo tirée de Facebook
Cette photo d’un client du Costco de Sherbrooke est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Maxi, Walmart, Cotsco, IGA ; il était difficile ou impossible de trouver du papier de toilette et des bouteilles d’eau dans plusieurs de ces succursales hier. Cette ruée vers ces deux denrées demeure difficilement compréhensible (voir autre texte), alors que le manque d’eau potable et les problèmes intestinaux ne sont pas associés à la COVID-19.  

Comme dans toutes les épiceries, il ne restait plus de papier de toilette, hier, au IGA de Saint-Romuald.
Photo Diane Tremblay

Certaines personnes faisaient leurs courses munies de gants de protection. C’était le cas d’un septuagénaire au Super C de Vanier. « Ma femme et moi, on se protège », a-t-il précisé.  

« Tu peux bien rire de moi, mais je vais rire de toi quand tu n’auras plus rien », a lancé une jeune femme dont le panier débordait à une autre au Super C de Limoilou.  

Comme dans toutes les épiceries, il ne restait plus de papier de toilette, hier, au IGA de Saint-Romuald.
Photo Diane Tremblay

  

Des masques  

« Je porte un masque par sécurité. Je suis asthmatique et il n’y a pas de risques à prendre », a confié Ginette Vallée, qui attendait son autobus, hier, sur la rue Marie-de-l’Incarnation, à Québec.
Photo Diane Tremblay
« Je porte un masque par sécurité. Je suis asthmatique et il n’y a pas de risques à prendre », a confié Ginette Vallée, qui attendait son autobus, hier, sur la rue Marie-de-l’Incarnation, à Québec.

Dans les rues de la capitale nationale, on commence à voir apparaître des gens qui se déplacent avec des masques. C’est le cas d’une dame rencontrée sur la rue Marie-de-l’Incarnation hier matin, à un arrêt d’autobus.  

« Je suis asthmatique et il n’y a pas de risques à prendre. Ça fait une semaine que je reste à la maison parce que j’ai peur, mais comme j’ai des rendez-vous médicaux importants, je suis obligée de prendre des précautions pour sortir. Au diable d’avoir peur d’avoir l’air ridicule ! » a confié Ginette Vallée.  

Chez Escompte Fortin, sur Marie-de-l'Incarnation, on a reçu 200 caisses de papier de toilette vendredi matin.
Photo Diane Tremblay
Chez Escompte Fortin, sur Marie-de-l'Incarnation, on a reçu 200 caisses de papier de toilette vendredi matin.

Chez Escompte Fortin, dans Saint-Roch, on avait reçu près de 200 caisses de rouleaux de papier de toilette hier matin.  

« Après ça, c’est terminé », a dit Sylvain Fortin, propriétaire. « Avant-hier (mercredi), j’étais un des seuls qui avait encore du Purell et il y a une compagnie de limousines qui transporte les ministres qui est venue acheter le stock qui restait au complet », a-t-il ajouté.  

À Montréal, des centaines de clients s’alignaient aussi devant plusieurs commerces avant même leur ouverture, hier matin. Au Costco de Boisbriand, sur la Rive-Nord de Montréal, quatre policiers devaient même maintenir l’ordre, a constaté Le Journal. « C’est le magasin qui nous a appelés, les gens se battaient pour des paniers », a indiqué un patrouilleur.  

—Avec Claudia Berthiaume et Marie-Léo Guy, collaboration spéciale