/sports
Navigation

Coronavirus: Julien Gauthier vit la pause dans sa chambre d’hôtel

Rangers c. Canadiens
Photo d'archives, Martin Chevalier Julien Gauthier a disputé 12 matchs avec les Rangers depuis qu’il a été échangé à l’équipe new-yorkaise en février dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Julien Gauthier et ses coéquipiers des Rangers de New York ont commencé à comprendre que leur saison était en péril quand la NBA a mis sur pause ses activités, mercredi soir, en raison de la pandémie de COVID-19. Les Rangers se mesuraient alors à l’Avalanche du Colorado, à Denver.   

Trois jours plus tard, depuis sa chambre d’hôtel de Manhattan, l’attaquant québécois tentait d’occuper son temps du mieux qu’il pouvait quand le représentant du Journal lui a fait un appel.     

«On n’a pas beaucoup d’informations présentement. On ne sait pas ça va prendre combien de temps. On l’a su après le match [de mercredi soir] que la NBA arrêtait ses activités. On nous a alors dit d’attendre la décision du lendemain, mais ça n’a pas été une surprise pour nous.     

«Dès qu’une ligue majeure prend une telle décision, l’autre va suivre, sinon, ça ne ferait pas une bonne image. Puis, même comme athlètes, nous ne sommes pas immunisés. On peut l’attraper comme n’importe qui», a mentionné Gauthier.     

L’État de New York est d’ailleurs durement touché par l’épidémie alors que 524 personnes ont été infectées selon les dernières données publiées par le New York Daily News.     

Pas inquiet pour son poste  

Si l’ancien des Sea Dogs de Saint John et des Foreurs de Val-d’Or demeure à l’hôtel, c’est en raison des bouleversements qui sont survenus dans sa vie au cours des dernières semaines.     

Les Hurricanes de la Caroline, qui l’employaient dans leur club-école de la Ligue américaine, l’ont échangé aux Rangers le 18 février dernier, et depuis, Gauthier a disputé 12 rencontres avec la formation de la grosse pomme, où il est en train de faire sa niche. Auteur de 37 points, dont 26 buts, en 44 matchs avec les Checkers de Charlotte et de deux aides avec les Rangers, Gauthier ne craint pas que cette pause forcée pose problème sur le plan personnel.     

«Ça ne m’inquiète pas du tout, car depuis que je suis arrivé, j’ai joué tous les matchs», a-t-il lâché.     

Il ne ménage d’ailleurs aucun effort depuis l’arrêt des activités du circuit Bettman.     

«On n’a pas d’échéancier, alors on doit se tenir en forme. Je ne sais pas si ça va aller aussi vite qu’on le pense. La plupart des gars ont des familles et ils restent avec elles. Je n’ai pas de blessures, je touche du bois, mais je ne veux pas arriver en devant me réadapter [physiquement] si on recommence dans une couple de semaines», a exposé le patineur originaire de Pointe-aux-Trembles.      

Lecture et films  

S’il se promet de suer à grosses gouttes en salle, son téléviseur n’aura pas trop de répit jusqu’à tant que la situation revienne à la normale.     

«J’ai vu qu’il y avait des nouveaux shows sur Netflix, sinon, ça va être long un peu! Je ne suis pas un gamer. J’essaie de m’occuper en lisant des livres, notamment. J’ai des films sur mon iPad, mais sinon, c’est tranquille», a relaté Gauthier. Des suggestions à lui proposer?     

Sur les médias sociaux...     

LAFRENIÈRE S’ADRESSE AUX PARTISANS DE L’OCÉANIC  

Rangers c. Canadiens
Photo capture d'écran

Plus bel espoir en vue du prochain repêchage de la Ligue nationale, l’attaquant de l’Océanic de Rimouski, Alexis Lafrenière, a invité les partisans à faire preuve de patience dans une vidéo partagée sur le compte Instagram de l’équipe de la LHJMQ, samedi.  

«Mes coéquipiers et moi [aimerions] bien jouer et être avec vous en ce moment, mais pour l’instant, l’important, c’est de s’assurer que tout le monde soit en santé. On espère vraiment pouvoir poursuivre notre conquête très bientôt au Colisée. Prenez soin de vous, restez en santé et on espère vous voir bientôt», a-t-il déclaré, casquette de l’Océanic vissée sur la tête.     


PLUTÔT QUE DE REGARDER SES COÉQUIPIERS À LA TÉLÉVISION À ST. LOUIS, IL ÉTAIT AVEC BÉBÉ...  

Rangers c. Canadiens
Photo capture d'écran

Le comté de Santa Clara, où évoluent les Sharks de San Jose, est l’un des endroits durement touchés par la pandémie de coronavirus. Sa saison étant déjà terminée en raison d'une fracture à un pouce, le défenseur Erik Karlsson passe du temps avec sa femme et son bébé en bon père de famille.   

Sa femme Melinda a publié une story dans laquelle on voit le joueur étoile faire la lecture à son enfant qui a vu le jour en octobre dernier.   

Depuis la naissance, le Suédois a d’ailleurs partagé quelques photos de lui en compagnie de sa progéniture sur son compte Instagram. Maman ne se plaindra pas de cette pause forcée.     


BIANCA ANDREESCU, LA PHILOSOPHE  

Rangers c. Canadiens
Capture d'écran, Twitter

Forcée de remettre à plus tard son retour au jeu prévu à Indian Wells avant que le tournoi soit annulé puisque sa blessure au genou n’était pas totalement guérie, Bianca Andreescu croyait bien que 2020 serait une année mémorable à la suite de sa victoire aux Internationaux des États-Unis.   

Sa convalescence, qui se poursuit, combinée à l’annulation de la série de tournois a amené la joueuse canadienne à plonger dans ses pensées sur son compte Instagram.   

«Voici une photo de moi prise le 31 décembre en pensant que l’année 2020 en serait une bonne.»   

Elle a accompagné sa publication de deux mots-clics de circonstances : sécurité et prières. Les prochaines épreuves du circuit féminin de la WTA sont celles de Stuttgart (Premier) et Istanbul (International) prévues dans la semaine du 20 au 26 avril.     


UN GYM SINGULIER POUR IBAKA  

Mis en isolement préventif puisqu’ils ont affronté le premier joueur de la NBA qui a testé positif à la COVID-19 dans les jours suivants la rencontre, les joueurs des Raptors de Toronto meublent leur quotidien comme ils le peuvent.   

L’organisation a décidé d’informer les amateurs sur les activités de leurs favoris sur leur différente plateforme en publiant des capsules vidéo dans lesquelles les joueurs se filment eux-mêmes.   

Samedi, Serge Ibaka expliquait qu’il s’était conçu une salle d’entraînement temporaire à son lieu de résidence.   

«Comme vous savez, je dois rester à la maison pour 14 jours. Pour les 14 prochains jours, je ne peux pas aller à l’extérieur de la maison. En même temps, je dois rester en forme, alors je me suis fait un coin pour m’entraîner chez moi [...] J’ai de la boxe, un vélo stationnaire, des poids altères. J’ai tout ce dont j’ai besoin, on se voit quand je pourrai sortir!» a lancé le pivot d’origine congolaise.     


LE CANADIEN ET LES CHIENS  

Rangers c. Canadiens
Capture d'écran, Twitter

En attendant de savoir ce qui adviendra de la saison de la LNH, le Canadien a diverti ses partisans sur son compte Instagram en partageant des photos de Max Domi, de Phillip Danault (photo) et de Paul Byron avec leur chien. Même si les photos ont été prises plus tôt cette année, l’exercice a fait sourire.   

«On pense qu’on a tous besoin de plus de photos de chiens ces jours-ci», a d’ailleurs écrit le Canadien. On ne saurait mieux dire!