/weekend
Navigation

Eli Rose affiche ses couleurs

Éli Rose
Photo courtoisie, Ménad Kesraoui

Coup d'oeil sur cet article

À peine cinq mois après la sortie de son premier album solo, Eli Rose s’apprête déjà à présenter une chanson inédite. Et elle n’a pas l’intention de s’arrêter là. « L’album, c’était la première étape de ce nouveau projet. Il y a beaucoup d’autres choses qui s’en viennent », promet-elle.  

Si le nom d’Eli Rose ne vous est pas familier, peut-être que celui d’Élise Larouche l’est davantage. D’abord connue comme moitié féminine du duo Eli et Papillon, elle s’est récemment offert un nouveau départ, en solo cette fois-ci, sous ce sobriquet coloré à l’image de la pop urbaine qu’elle présente désormais.  

Manifestement, ce nouvel univers musical est en constante expansion. À preuve, une nouvelle constellation s’y ajoutera en débarquant sur les services d’écoute en continu dès mardi. Son titre : Rebelle.  

Un peu tôt pour une nouvelle proposition ? Pas nécessairement, selon la chanteuse. 

« Je n’ai jamais arrêté d’écrire. Alors, quand le premier album est sorti, je sentais qu’il me restait encore des choses à dire, et je n’avais pas envie d’attendre un deuxième album pour les dire. Rebelle est en quelque sorte un teaser, un avant-goût de la suite », révèle Eli Rose.  

Envol en solo 

Cette nouvelle chanson se greffera donc au programme de ses prochains concerts, sa rentrée montréalaise prévue pour jeudi ayant toutefois été reportée suite à la décision du gouvernement Legault d’annuler tout événement intérieur de plus de 250 personnes; c'est finalement le 13 novembre qu'Eli Rose se produira à l'Astral. D'ici là, elle est (pour le moment) toujours attendue du côté de Saint-Jérôme en juin prochain. 

À quelques semaines de monter sur les planches, la chanteuse s’avoue fin prête à affronter la scène. Car même si elle a près d’une décennie d’expérience, les occasions de se livrer en concert se sont faites plutôt rares.  

« Même avec Eli et Papillon, je n’ai pas fait beaucoup de spectacles. Le cheminement a été long avant que je me sente réellement bien sur scène. J’ai dû apprendre à assumer ma vulnérabilité. Mais aujourd’hui, je me sens beaucoup plus assumée, mature et confiante », confie-t-elle.  

Avec Jain et Adèle 

Ça, elle le doit en partie à son expérience en première partie d’artistes de renom ; au cours de la dernière année, elle a entre autres été appelée à réchauffer les foules de l’Astral et du MTelus, avant les concerts respectifs de Jain et Adèle.  

« Les premières parties, c’est très intimidant. Ce n’est pas toujours facile de te présenter à des gens qui attendent de voir l’artiste qu’ils ont payé pour voir ; tu ne sais jamais comment ils vont réagir, alors disons que c’est un challenge. Mais ça fait partie de la game », explique Eli Rose.   

« Finalement, une de mes plus grandes fiertés est ma performance en première partie d’Angèle, l’an dernier. J’ai reçu plein de messages de gens qui ont aimé ce que j’ai fait. Ça m’a donné la tape dans le dos dont j’avais besoin pour continuer à aller plus loin », conclut-elle.  


Eli Rose sera en concert à l’Astral de Montréal jeudi. Elle sera également au Festival d’été de Québec le 12 juillet.