/travel/conseils
Navigation

Voyager au temps du coronavirus

Chaque semaine, notre chroniqueuse Lise Giguère donne des conseils et des trucs pour les voyageurs avertis

Man wearing a respirator mask device for health protection at an airport or railway train station in a crowd of people while travelling. Epidemic corona virus infection, flu sickness and travel illness concept.
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Dans un communiqué parvenu cette semaine (mercredi), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a élevé la COVID-19 au rang d’une pandémie. Toujours selon ce communiqué, 118 pays seraient concernés. 

Une liste officielle des pays à risque devrait bientôt être publiée par le gouvernement du Québec. D’ailleurs, bien qu’au moment d’écrire ces lignes, le gouvernement Trudeau ait choisi de ne pas fermer les frontières, le gouvernement du Québec recommande de ne pas voyager dans les pays à risque. 

Bref, devant toutes ces informations, peut-on continuer à voyager ou pas ? Si l’on part, quelles précautions faut-il prendre ? Et si l’on choisit d’annuler son voyage, qu’adviendra-t-il de nos réservations ? 

  • Dans premier temps, il est essentiel de vérifier si sa police d’assurance voyage prévoit des conditions particulières concernant la COVID-19. Par exemple, depuis le 5 mars, au moins deux assureurs, soit Manuvie (Manulife) et TuGo, ne remboursent plus les voyageurs qui annulent leur déplacement à cause de la COVID-19, à moins d’une mention spéciale sur leur police. Plus encore, leurs nouveaux clients ne seront pas couverts pour ce virus puisque ce dernier est connu et que l’assurance-annulation vise les
    situations imprévues. 
  • Pour les autres compagnies, les soins médicaux d’urgence en cas d’infection au coronavirus devraient être couverts, sauf pour les voyages dans des pays dont le risque est élevé et pour lequel le gouvernement a émis un avis, au moins quatre jours avant le départ, conseillant de l’éviter. Pour connaître les avis d’interdiction du gouvernement, on consulte les Conseils aux voyageurs sur voyage.gc.ca
  • Si l’on désire annuler ou reporter son voyage, on s’informe auprès de son agent de voyage, qui devrait se révéler être une aide précieuse. Par contre, si l’on a tout réservé par soi-même, par internet, il faudra se débrouiller.  
  • Les transporteurs aériens (Air France, Air Canada, United Airlines, Delta Air Lines, American Airlines, Turkish Airlines, etc.) ont assoupli leurs politiques de modification de réservation. Cependant, si l’on a acheté auprès d’un transporteur à rabais, il y a peu de chance d’être remboursé.  
  • Les compagnies de croisières permettent de modifier les réservations. De plus, elles ont largement augmenté les précautions à l’embarquement, mais comme elles sont désormais exclues des couvertures d’assurance, en raison de l’avis du gouvernement suggérant de les éviter, elles représentent un gros risque. 
  • Vacances Air Transat, Vacances Air Canada et Vacances Sunwing ont mis en place des politiques de flexibilité pour aider leurs clients. Si l’on a réservé nos hébergements avec les plateformes comme Trivago, Booking.com, Expédia ou autres, on pourra annuler si l’on a pris la précaution de choisir un hôtel offrant cette option, sinon on perdra notre réservation.