/entertainment/movies
Navigation

Vincent Guzzo aurait préféré rester ouvert

entrevue avec Vincent Guzzo
Photo d'archives, Ben Pelosse Vincent Guzzo est frustré qu’on impose la fermeture des cinémas.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme d’affaires montréalais Vincent Guzzo juge frustrant que Québec « s’en prenne à l’industrie du divertissement » en cette période de pandémie.   

• À lire aussi: [DIRECT] Plus de 6000 morts, suivez les derniers développements de la pandémie du coronavirus   

• À lire aussi: François Legault ordonne la fermeture des bars, des gyms et des cinémas  

« On a le droit d’aller se saouler parce que la SAQ est ouverte, on a le droit de se geler parce que les magasins de pot sont ouverts, mais on n’a pas le droit d’aller voir un film », a déploré le propriétaire de Cinémas Guzzo hier en entrevue au Journal.   

ÉCOUTEZ l'entrevue de Vincent Guzzo, président des Cinémas Guzzo, sur QUB radio:

M. Guzzo dit néanmoins « comprendre la logique » du gouvernement et se conformera aux directives. Sa dizaine de cinémas tournait déjà au ralenti depuis quelques jours.     

Le fait que des sorties de films très attendus comme le nouveau Mulan de Disney et le prochain James Bond aient été reportées a aussi contribué à des résultats décevants dans les derniers jours, selon lui. « On était déjà à 25 % de notre chiffre d’affaires. Ce n’est pas comme si on faisait de l’argent. Mais je continue à croire que ça créait un divertissement, que ça offrait un changement d’idée pour les gens. »   

M. Guzzo a eu la chance de s’entretenir avec le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon. Il s’est dit « rassuré » par les discussions tenues avec lui pour la suite des choses, notamment en matière d’aide financière potentielle pour les entreprises affectées.