/misc
Navigation

Le bon père de famille

Le premier ministre du Québec, 
François Legault, et le directeur de la santé 
publique, Horacio Arruda, 
en conférence de presse, hier.
Photo Didier Debusschere Le premier ministre du Québec, François Legault, et le directeur de la santé publique, Horacio Arruda, en conférence de presse, hier.

Coup d'oeil sur cet article

Interdiction de grands rassemblements, fermeture des écoles, cohue dans les grandes surfaces, urgence sanitaire, confinement des personnes âgées. Chaque jour apporte un nouveau coup.

Notre société douillette se sent soudainement assiégée par la menace de la COVID-19. Pourtant, le directeur de la santé publique, le Dr Horacio Arruda est catégorique : « On n’est pas encore en crise. »

La course contre la montre

Le premier ministre Legault ne s’en cache pas, il en est même fier, le Québec est bien précoce dans la mise en œuvre de mesures sanitaires. C’est le but.

Les mesures imposées par le Québec visent à « agir avant que le cancer soit généralisé. » Surtout, le gouvernement nous prépare à ce qui s’en vient.

Tenté de faire garder les enfants par les grands-parents pendant que l’école est fermée ? Les aînés de plus de 70 ans ne devraient pas sortir de chez eux. Pour l’instant, ce n’est qu’une suggestion, question de nous faire considérer que chaque fois qu’un enfant visite son papi et sa mamie, il pourrait les mettre en danger. 

Oui, c’est radical. C’est la nature de la bête. La COVID-19 est invisible, inodore, incolore. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Par ses mesures proactives, François Legault nous force collectivement à nous préparer à cette nouvelle vie qui nous attend.

Certes, la crise ne peut durer que quelques semaines, mais aussi quelques mois. Avant qu’un vaccin ne soit homologué, la COVID-19 pourrait s’atténuer, puis s’intensifier à nouveau cet automne, voire l’hiver prochain. Il faudra savoir être disciplinés. 

Il ne s’agit pas ici de paniquer, mais d’apprendre à composer. C’est la nouvelle réalité.

DIX provinces, DIX pays

Et les frontières ? François Legault s’évertue à demander au fédéral de les resserrer. Justin Trudeau réfléchit. C’est simple, les experts de Québec et d’Ottawa ne s’entendent pas sur l’efficacité de la mesure. « Ce n’est pas une science exacte », concède le Dr Horacio Arruda.

N’empêche, le Canada demeure ainsi un des seuls pays développés de la planète à permettre l’accès aux voyageurs européens sans isolement obligatoire.

Comme le disait Jean Chrétien, à trop écouter les conseils de tous les experts, à tenir compte de toutes les nuances, on finit par ne prendre aucune décision. Le gouvernement Trudeau semble dans cette fâcheuse position.

C’est ainsi que face à la COVID-19, le Canada n’est plus que dix petits pays. Dix provinces qui imposent chacune leurs mesures sanitaires, dix provinces qui espèrent que leurs voisines seront tout aussi proactives. Or, la pandémie ne connaît pas de frontières.