/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Le RTC demande aux usagers d’utiliser la porte arrière des bus

COVID-19: Le RTC demande aux usagers d’utiliser la porte arrière des bus
Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Le RTC a fait marche arrière, en fin de journée mardi, et demande maintenant à sa clientèle d’en faire autant en utilisant la porte située à l’arrière des autobus, afin d’assurer la sécurité de ses chauffeurs.   

• À lire aussi: Trudeau considère avoir recours à la Loi sur les mesures d’urgence  

• À lire aussi: COVID-19: les écoles québécoises pourraient être fermées pour longtemps  

Certains chauffeurs avaient déjà pris l’initiative, à la demande de leur syndicat, de bloquer la porte avant pour limiter les contacts avec les usagers et limiter les risques de propagation du coronavirus.  

En milieu d’après-midi, le président du RTC déplorait cette façon de faire qui n’avait pas été approuvée par la direction, laquelle disait appliquer les directives de la santé publique qui ne recommandait pas, à ce moment-là, de bloquer la porte avant.  

«Le principe de base, c’est qu’on ne peut pas bidouiller des solutions bancales, puis mettre ça en place au bon vouloir de chacun des chauffeurs ou des syndicats. Venez à la table, on va en trouver des solutions», avait lancé le président du RTC, Rémy Normand, réitérant que les mesures mises en place étaient alors «suffisantes».  

«Notre repère, c’est la science, c’est la santé publique. Tout le monde ne peut pas s’improviser spécialiste», avait renchéri le maire Régis Labeaume, à ses côtés. «S’il y a des directives à transmettre, ça va venir de la santé publique. Je comprends qu’il y a de l’inquiétude, c’est inévitable, mais il faut revenir à la base et se ramener à la science.»  

Quelques heures plus tard, le RTC a changé son fusil d’épaule, disant s’appuyer sur les nouvelles orientations gouvernementales qui ont évolué entretemps, en matière de prévention.  

Dès mercredi, et ce, jusqu’à nouvel ordre, le RTC demande donc à tous ses clients d’entrer dans les autobus par la porte arrière, à l’exception des clients à mobilité réduite qui ont besoin d’une rampe située à l’avant des véhicules. L’entrée dans les midibus se fera quant à elle par la porte arrière pour tous les clients, sans exception.  

Pas de gratuité  

Le Réseau de transport de la Capitale reconnaît qu’il lui sera impossible de valider les titres et les cartes OPUS durant cette période. Les chauffeurs cesseront d’émettre des billets pour les correspondances. Cela ne signifie pas pour autant que le service est gratuit.  

«Le RTC demande la collaboration de tous les clients afin qu’ils aient en leur possession un titre de transport valide, car celui-ci pourrait être demandé», précise-t-on.  

Dès mercredi, et jusqu’à nouvel ordre:      

  • Le RTC demande à tous les clients, à l’exception des clients à mobilité réduite, d’entrer par la porte arrière. La rampe sera déployée à l’avant du bus sur les parcours accessibles pour les personnes à mobilité réduite.   
  • En ce qui concerne les midibus, toutes les entrées se font par la porte arrière, y compris pour les personnes à mobilité réduite.   
  • Des affiches sur la porte avant des véhicules informeront la clientèle de cette nouvelle mesure opérationnelle.   
  • Le valideur OPUS et la boîte de perception ne seront pas accessibles. Néanmoins, le RTC demande la collaboration de tous les clients afin qu’ils aient en leur possession un titre de transport valide, car celui-ci pourrait être demandé.   
  • Le chauffeur ne remettra plus de correspondance.      

– Avec la collaboration de Jean-François Racine