/opinion/columnists
Navigation

Justin Trudeau, danger public

FILES-CANADA-HEALTH-VIRUS
Photo AFP Le premier ministre canadien Justin Trudeau lors de la Conférence de Munich sur la sécurité en février dernier.

Coup d'oeil sur cet article

C’est quand même aberrant d’être chaque jour témoin de l’extraordinaire incompétence du gouvernement de Justin Trudeau. Ce dernier vient, encore une fois, de réaffirmer que les frontières du Canada doivent demeurer complètement ouvertes aux voyageurs étrangers. 

Le gouvernement de Justin Trudeau va avoir des morts sur la conscience.

Justin Trudeau explique son refus de fermer les frontières en se réfugiant derrière l’excuse du manque de données scientifiques probantes pour la justifier. Quelles sont ses propres données ? Il ne les a pas révélées, si elles existent.

Demandes du Québec

Pendant ce temps, François Legault demande à nouveau, en vain, de fermer les frontières canadiennes aux voyageurs étrangers. Pas aux marchandises. Juste aux voyageurs. 

Faut-il en conclure que François Legault et ses ministres font des demandes qui ne reposent pas sur des données probantes ? À choisir entre le jugement de Justin Trudeau et celui de François Legault, je ne connais personne qui hésite une seule seconde.

Gouverner, ce n’est pas que s’appuyer sur des données. C’est aussi jauger des risques, espérer le mieux, mais prévoir le pire. Justin Trudeau est complètement incapable de faire cet exercice.

Ce genre de raisonnements, de nombreux dirigeants à travers le monde le font. À commencer par le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, qui vient d’envoyer une lettre à Donald Trump. Cuomo est l’un des élus les plus expérimentés des États-Unis.

Dans sa lettre, il estime que plus de 200 millions d’Américains seront infectés par le coronavirus et que 20 millions auront besoin d’hospitalisation. Bien entendu, tous les Américains ne seront pas infectés en même temps. Mais, précise Cuomo, les États-Unis ne comptent qu’un million de lits d’hôpitaux. Proportionnellement moins que la Chine, la France ou l’Italie. Cuomo demande, entre autres, au président de déployer l’armée pour multiplier les lits d’urgence, pendant qu’il en est encore temps. 

Fermer la frontière

Faut-il fermer la frontière avec les États-Unis ? Bien entendu qu’il faut fermer la frontière aux voyageurs qui ne sont ni Canadiens ni résidents au Canada. Il est évident que le nombre de cas de la COVID-19 risque de se multiplier aux États-Unis beaucoup plus rapidement qu’au Canada.

On compte officiellement plus de 3000 cas aux États-Unis. Une grande part d’entre eux se concentre juste au sud de la frontière canadienne, dans les États de Washington et de New York.

Ailleurs dans le monde

De plus en plus de pays mettent en quarantaine les visiteurs étrangers ou ferment leurs frontières. Par exemple, l’Allemagne ferme ses frontières avec trois pays voisins. L’Argentine ferme sa frontière aux étrangers. La Chine place tous les voyageurs en quarantaine surveillée. La Colombie expulse les étrangers qui ne respectent pas la quarantaine. Les États-Unis ont fermé leurs frontières aux étrangers en provenance d’Europe.

Que fait le Canada ? Rien, ou presque.

Pourtant, les Américains ou d’autres étrangers pourraient être tentés de venir au Canada parce qu’ils auraient plus de chances de s’y faire soigner que chez eux.

On dirait presque que le gouvernement canadien souhaite que le nombre de cas de la COVID-19 augmente.

Quand est-ce que les élus libéraux vont mettre dehors ce danger public de premier ministre ?