/opinion/columnists
Navigation

Touche pas à mon papier-cul!

GEN-Rués des gens pour faire des provisions au Costco dû au Coronovirus
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Hey, y fait-tu frette ? 

On est-tu ben avec son papier de toilette ? 

Hey, y a l’air de faire frette. 

On est-tu ben avec son papier de toilette ? 

UNE DOUDOU 

C’est quand même particulier, cette obsession pour le papier de toilette, non ? 

Dès qu’il y a une crise, boum, on court à l’épicerie et on fait le plein de papier de toilette. 

Pourtant, à ce que je sache, le coronavirus s’en prend à notre système respiratoire, pas à notre système digestif. 

On se trompe d’orifice, les amis.  

Selon les psys, il y a quelque chose de réconfortant dans le papier de toilette. 

C’est comme une doudou.  

Ça nous calme, nous rassure.  

On a beau traverser une crise majeure, n’importe laquelle, s’il y a 852 rouleaux de papier de toilette dans le sous-sol, on est en business.  

Le virus peut venir, on est prêt ! 

On a du papier-cul pour les vingt prochaines années ! 

Et du bon, en plus ! Doux mais fort ! Moelleux mais résistant ! 

Pas de la dentelle qui se déchire au premier mouvement ou du papier sablé qui te rabote les fesses, que non ! 

Voyez ce qu’on peut lire sur le site de la compagnie Royale : « Le papier hygiénique Velours de Royale à la douceur veloutée, soyeux et coussiné, offre une expérience totalement différente par rapport à tout autre produit. Ce papier hygiénique de première qualité est également offert en rouleaux triples et Méga Plus pour changer de rouleau moins souvent... » 

Ça donne quasiment le goût de louer un U-Haul et de se précipiter à l’épicerie la plus proche, non ? 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

 

LES ÉCUREUILS 

Je sais, le sujet est léger alors que l’atmosphère est lourde. 

Mais si en plus, on n’a plus le droit de rire, donnez-moi du cyanure, qu’on en finisse au plus vite.  

L’homme est un être doué de raison. Mais nous sommes aussi pétris d’émotions. 

Et dans une crise, l’émotion prend souvent le dessus sur la raison. 

Ce n’est pas notre cerveau qui dicte nos actions, mais notre instinct, notre côté animal.  

Et cet instinct nous dit : « Va au Costco et achète un 45 gallons de sauce tabasco. » 

On stocke. On empile. On entrepose.  

Comme des écureuils qui sentent venir l’hiver.  

On regarde notre sous-sol rempli de rouleaux de papier aluminium et de boîtes de conserve, et on se sent mieux.  

On a fait ce qu’il faut pour protéger la famille.  

À chaque génération, son lieu de culte préféré. 

Aujourd’hui, notre oratoire, notre basilique, notre cathédrale, notre sanctuaire, c’est le Costco.  

La multiplication des pains ? C’est là !  

Quel est le premier miracle réalisé par Jésus dans le Nouveau Testament ? La transformation de l’eau en vin aux noces de Cana.  

C’est à ce moment que les gens ont commencé à se dire : « Attends une minute, toé-là, il est spécial, lui ! » 

Les gens avaient besoin d’un produit de consommation, et Jésus le leur a procuré.  

Ils n’ont même pas eu besoin de sauter sur leur âne et d’aller au dépanneur. 

Si c’est pas une preuve de l’existence de Dieu... 

LE DIEU CONSOMMATION 

Quelle est la première chose que George W. Bush a dite aux Américains le 11 septembre 2001 ? 

« Allez magasiner ! » 

On a les Churchill qu’on mérite...