/news/coronavirus
Navigation

Désaccord entre Legault et Trudeau sur les infrastructures

Désaccord entre Legault et Trudeau sur les infrastructures
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau refuse de mettre sur pied un programme d’infrastructures provincial-fédéral pour relancer l’économie, durement affectée par la crise du coronavirus, déplore François Legault. En attendant, Québec reporte le paiement de l’impôt des entreprises au 31 juillet prochain, afin de leur donner un peu d’oxygène. 

• À lire aussi: 74 cas de COVID-19 au Québec; un décès en Ontario  

• À lire aussi: COVID-19: les écoles québécoises pourraient être fermées pour longtemps  

• À lire aussi: «Pas de partys»: Legault demande aux jeunes d'éviter de se rassembler  

Le premier ministre François Legault a fait part, mardi, de ses demandes à Ottawa en vue de l’annonce imminente d’un plan d’aide économique fédéral. Les deux paliers de gouvernement s’entendent largement sur l’aide à accorder aux individus et aux entreprises, selon M. Legault. 

«Là où il ne semble pas y avoir beaucoup d'ouverture de la part du gouvernement fédéral – puis c'est une demande qu'on fait, moi et Doug Ford – c'est d'avoir rapidement un programme d'infrastructures qui serait partagé, au niveau du coût, entre le gouvernement fédéral puis le gouvernement provincial, que ce soit le Québec ou l'Ontario, pour accélérer les travaux d'infrastructures et être capables avec de l'argent public de remplacer des emplois qui ont déjà commencé à être perdus: dans les restaurants, dans le secteur artistique, dans le secteur des compagnies aériennes», a déploré François Legault lors de son point de presse quotidien.  

Au cabinet de la ministre fédérale de l’Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, on affirme plutôt qu’Ottawa «examine présentement toutes les possibilités d'accélérer et d'élargir les projets qui sont prêts à être mis en œuvre et qui peuvent aider les communautés locales, tout en stimulant l'activité et la performance économiques». 

«Les gouvernements provinciaux, territoriaux, municipaux et autochtones disposent encore de plusieurs milliards de dollars non alloués dans le cadre de notre plan historique d’infrastructures, Investir dans le Canada», ajoute d’ailleurs l’attachée de presse de la ministre McKenna. 

Aide aux entreprises 

Entre-temps, le gouvernement Legault a annoncé quelques heures plus tôt la suspension du paiement des acomptes provisionnels et des impôts des entreprises jusqu'au 31 juillet prochain. «La date et les modalités de paiement des sommes seront annoncées ultérieurement, précise le site de Revenu Québec. Les entreprises disposeront d'un délai raisonnable pour verser les sommes dues.» 

Cette mesure aidera 500 000 entreprises québécoises à conserver 3,2 milliards $ en liquidités, a précisé le ministre des Finances, Eric Girard, en conférence de presse.   

De la même façon, la date limite pour les individus qui doivent payer un solde à l’impôt est également reportée au 31 juillet, permettant d’aider près de 2 millions de Québécois qui pourraient être affectés par le ralentissement économique. 

«Il y a d'autre aide qui s'en vient, a assuré François Legault. Au cours des prochains jours, entre autres, Pierre Fitzgibbon va annoncer des mesures pour aider toutes les entreprises qui ont des problèmes de liquidités. On essaie de s'arrimer avec Ottawa, avec la BDC, pour que ça soit le plus simple possible pour les dirigeants, les entrepreneurs.» 

C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi Québec tarde à dévoiler son plan d’aide aux entreprises, selon le ministre Girard. «L'idée, c'est d'être complémentaires aux institutions financières privées, à l'effort du gouvernement fédéral et de coordonner l'aide», a-t-il expliqué. 

Mesure bien accueillie 

Le report du paiement de l’impôt a été bien accueilli par les associations d’entreprises. La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante a salué la mesure, mais attend d’autres actions du gouvernement du Québec, notamment la suspension des versements de TVQ. Le quart des PME du Québec ne survivront pas plus d’un mois à la crise du COVID-19, selon un sondage interne de la fédération. 

La Fédération des chambres de commerce du Québec réclame elle aussi un moratoire sur le paiement de la TPS et de la TVQ. De plus, elle demande une «une aide financière directe d’urgence» pour les entreprises et les OBNL à vocation économique. 

De son côté, l’Union des municipalités du Québec propose à ses membres de ne pas appliquer d’intérêts sur les comptes en souffrance pour les propriétés commerciales ou résidentielles.  

  • À VOIR AUSSI:  

 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.