/finance
Navigation

Taxes foncières: les municipalités invitées à être flexibles

Coup d'oeil sur cet article

L’application de taux d'intérêt et de pénalités sur les montants en souffrance sur les comptes de taxes municipales devrait être suspendue en raison de la crise sanitaire actuelle, réclame la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI). 

• À lire aussi: Québec reporte la date butoir des impôts au 1er juin 

Tout comme l’Union des municipalités du Québec (UMQ), la FCEI demande aux maires du Québec de mettre en place des mesures d’assouplissement en matière de taxes foncières. C’est ce qu’a fait savoir Gopinath Jeyabalaratnam, analyste principal des politiques à la FCEI. 

Selon ce dernier, «la liquidité est le nerf de la guerre» et il est primordial que des actions soient prises pour que la COVID-19 ne laisse pas de séquelles permanentes sur l’économie locale. Un sondage de la FCEI indique que 68% des PME demandent des allègements fiscaux temporaires pour continuer à payer leurs employés, leurs factures et assurer leur survie. 

Mardi, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a suggéré cette solution «efficace» pour répondre à la crise que connaît le Québec. Ainsi, les municipalités pourraient suspendre l’application des taux d’intérêt sur les montants en souffrance sur les comptes de taxes municipales pour la prochaine période de versement, et ce, jusqu’au 31 mai 2020 ou à une date au choix de la municipalité. 

«Nous encourageons les conseils municipaux à abaisser à 0% le taux d’intérêt exigé pour les taxes impayées, autant pour les propriétés résidentielles que commerciales», a soutenu dans un communiqué Suzanne Roy, présidente intérimaire de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie.