/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Un répit pour les taxes municipales

Coup d'oeil sur cet article

Les villes de Québec, de Lévis et de L’Ancienne-Lorette accordent un certain répit à leurs citoyens et commerçants en ce qui a trait aux taxes municipales.  

• À lire aussi: Des investissements massifs et accélérés pour relancer l'économie, plaide Labeaume  

Régis Labeaume a indiqué mercredi vouloir permettre aux contribuables de disposer des liquidités nécessaires pour faire financièrement face à la COVID-19.     

À Québec, il est possible d’acquitter ses taxes municipales en quatre versements égaux. En temps normal, les dates limites de paiement sont fixées au 3 mars, au 4 mai, au 3 juillet et au 3 septembre. 

Le paiement du 3 mars est déjà passé. Celui du 4 mai est reporté au 4 août. Celui du 3 juillet passe au 3 septembre et le dernier paiement du 3 septembre ne sera dû qu’au 3 novembre, a détaillé le maire. 

La mesure s’appliquera à 163 000 résidents et à 5400 commerces et industries. La Municipalité calcule que cela donnera 324 millions $ par mois de liquidités additionnelles aux contribuables et aux entreprises. Pour la Ville, le coût de la mesure est inférieur à 5 millions $. 

Ailleurs 

Lévis a suspendu les taux d’intérêt qui s’appliquent sur les retards de paiements des taxes municipales. Le répit durera jusqu’au 31 mai. 

Gilles Lehouillier estime que la mesure va coûter un million de dollars à la Ville. « On est au point où la population et les entreprises ont besoin d’actions concrètes pour les soutenir », a mentionné le maire de Lévis. 

À L’Ancienne-Lorette, où le prochain paiement est dû pour le mois de mai, le maire entend lui aussi proposer bientôt aux autres membres du conseil municipal de suspendre l’application des intérêts pour les paiements de taxes en retard. 

« Ça revient à dire qu’on reporte le paiement de la taxe, a fait remarquer le maire. Je suis certain que ça va passer à l’unanimité. On est dans une situation extraordinaire et il faut donner le maximum de chance aux gens. »   

Des fermetures 

D’autre part, la Ville de Québec a fermé au public ses comptoirs de service dans les six bureaux d’arrondissements depuis mercredi midi.  

Il y avait beaucoup moins d’usagers qu’à l’habitude de toute façon, a expliqué Chantale Giguère, coordinatrice municipale de la sécurité civile. Les services sont donnés par téléphone et par courriel. 

L’hôtel de ville de Québec, dans le Vieux-Québec, demeure ouvert. « Il y a comme un symbole pour nous autres, a expliqué Régis Labeaume. Il faut que les gens comprennent que leurs dirigeants sont en action. »  

À Lévis, M. Lehouillier a annoncé la fermeture au public de tous les bâtiments municipaux, à l’exception des centrales de police, de la cour municipale, pour les causes criminelles, et de l’hôtel de ville pour la signature des registres. 

L’accès pour la signature des registres s’applique jusqu’au 20 mars.  

- Avec la collaboration de Stéphanie Martin et de Jean-Luc Lavallée 

À VOIR AUSSI