/news/coronavirus
Navigation

Des aînés qui refusent de rester confinés et se rendent encore dans les centres commerciaux

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre a lancé un appel aux jeunes hier, mais il devra sans doute rappeler à l'ordre les aînés de plus de 70 ans qui continuent de se rendre dans les centres commerciaux.  

«Je ne crois pas que je vais attraper [le coronavirus]. Et si je l’attrape, eh bien, ce sera mon destin», a dit Raymond Primeau, 76 ans, rencontré à la Place Versailles, à Montréal.

Raymond Primeau, 76 ans, était à la Place Versailles de Montréal hier. «Tant que j’aurai le choix, je vais sortir pareil», a-t-il répliqué à la demande du premier ministre.
Photo Dominique Scali
Raymond Primeau, 76 ans, était à la Place Versailles de Montréal hier. «Tant que j’aurai le choix, je vais sortir pareil», a-t-il répliqué à la demande du premier ministre.
  • Benoît Dutrizac a lancé un appel aux aînés qui refusent de rester confinés:    

  

En moins d’une demi-heure, Le Journal a parlé à sept personnes âgées de plus de 70 ans qui se promenaient dans ce centre commercial quasi désert, beaucoup de magasins étant fermés.    

Hier, le premier ministre François Legault a interpellé les jeunes qui, selon lui, ne respecteraient pas le mot d’ordre de ne pas s’attrouper.      

Quant aux aînés, il leur conseille depuis samedi de rester à la maison, le taux de mortalité de la COVID-19 étant élevé chez les patients de 70 ans et plus.    

«Virer fou»  

La plupart des aînés rencontrés étaient au courant de cette recommandation, mais avaient choisi de ne pas l’écouter pour l’instant, comptant sur leur bonne santé.       

«Mon médecin me dit que j’ai un cœur assez bon pour continuer 50 ans encore», dit avec le sourire Raphaël Pompa, 92 ans.    

«Je suis encore marié», dit un homme de 83 ans qui a préféré garder l'anonymat. «Si je reste à la maison, je vais virer fou.» Un argument fourni par plusieurs personnes rencontrées.    

«Est-ce que c’est vraiment pire que le H1N1?» s’est-il demandé, sceptique.    

Reste que la plupart des aînés ont changé leurs habitudes, nuance Michel Lemay, 61 ans, le plus jeune de sa «gang».    

«Habituellement, on est six ou sept», dit l’homme, qui n’était accompagné que d’un seul ami hier.      

Trop tôt  

Plusieurs ont aussi avoué qu’ils suivraient peut-être la consigne si la situation sanitaire s’aggravait. «Quand il y aura 200 cas à Montréal, là, je ne sortirai plus», explique un ex-infirmier de 76 ans.    

Mais pour certains, l’idée de rester enfermé entre quatre murs est impensable. «Voyons donc, il faut bien aller se chercher à manger», s’impatiente une femme de 72 ans.    

«J’ai connu la guerre et la famine», s’est contenté de déclarer un homme rencontré au Carrefour Angrignon. Il n’a pas voulu préciser son âge, mais a fait signe qu’il avait «beaucoup, beaucoup plus» que 70 ans.