/news/coronavirus
Navigation

Enfants de la DPJ: les familles d'accueil se disent en danger

Coup d'oeil sur cet article

Les familles d'accueil du Québec implorent le premier ministre de suspendre les visites des enfants qu'elles gardent à leurs parents biologiques pour assurer la sécurité de tous.   

• À lire aussi: COVID-19: Le gouvernement répond aux inquiétudes des familles d’accueil  

• À lire aussi: COVID-19: ne pas baisser les bras  

Mardi en fin de journée, une directive du gouvernement suspendant les visites des enfants de la DPJ à leurs parents biologiques avait fait pousser un soupir de soulagement aux familles d'accueil, qui craignaient la propagation de la COVID-19.   

Or, en soirée, la situation a connu un revirement, alors qu'une autre directive leur est parvenue. «Les contacts ordonnés (supervisés ou non) par la Chambre de la jeunesse entre le jeune et sa famille doivent être respectés, le non-respect de l’ordonnance rendue par le tribunal pouvant conduire à une lésion des droits de l’enfant», écrit le ministère de la Santé.  

Alors que le premier ministre François Legault appelle tous les citoyens à s'isoler, la présidente de la Fédération des familles d'accueil et ressources intermédiaires du Québec, Geneviève Rioux, dénonce la «cacophonie» qui en découle.   

Elle souligne que les familles d'accueil ne peuvent pas concevoir que les enfants dont elles ont la responsabilité puissent voyager librement entre leur milieu familial et les lieux où ils peuvent avoir des contacts avec les parents biologiques. «Ça ne se règle pas. J'ai des familles d'accueil qui se mettent en danger actuellement. J'ai des ressources vulnérables. J'ai une ressource qui est en rémission de cancer, une autre qui est en chimio.»   

Les centres jeunesse ont les mains liées, dit-elle, car il y a des ordonnances de la cour pour faire respecter les droits de visite. Elle en appelle au premier ministre Legault pour suspendre celles-ci, dans un contexte de pandémie. «Il a le pouvoir d'arrêter ça pour l'instant.»  

Le Journal a reçu de nombreux témoignages de familles d'accueil qui veulent demeurer anonymes, mais qui craignent pour leur sécurité. Certaines ont des conditions médicales qui commandent de respecter les consignes d'isolement social.   

«La DPJ abandonne une fois de plus ces enfants, écrit l'une d'elles. Les mesures d’isolement devraient être valides pour tous pour la sécurité collective. Nous craignons pour la sécurité de ces enfants et de nos familles respectives qui peuvent aussi comprendre des personnes à risque de complications.»  

«J'ai quatre enfants d'âge préscolaire placés ici et je suis dans l'obligation de les envoyer en visite contact», déplore une autre, qui craint pour la santé des petits.   

«Le CIUSSS met à risque les jeunes, les enfants, les personnes avec une santé plus fragile! Les enfants en famille d'accueil écopent une fois de plus, par la négligence du CIUSSS», exprime une autre responsable de famille d'accueil.     

  • À VOIR AUSSI: