/misc
Navigation

Les migrants «irréguliers» de Lacolle et le coronavirus

Des demandeurs de statut de réfugiés passent par le chemin Roxham pour entrer au Canada.
Photo d'archives, AFP Des demandeurs de statut de réfugiés passent par le chemin Roxham pour entrer au Canada.

Coup d'oeil sur cet article

L'hiver n'empêche pas entre 60 et 80 demandeurs de statut de réfugiés, vrais ou prétendus, de traverser quotidiennement la frontière par le chemin Roxham de Lacolle.   

TVA Nouvelles rapporte que les demandeurs d’asile se retrouvent le plus souvent à Montréal, où les centres d’hébergement débordent alors que la location par le fédéral d’appartements pour migrants fonctionne au ralenti.   

Ce n’est qu’après avoir laissé des centaines de migrants passer la frontière sans les forcer à s’isoler que l'Agence des services frontaliers (ASF) a finalement indiqué qu'un dépistage était désormais réalisé. Le syndicat des douaniers avait manifesté son inquiétude face la situation.   

Arrivée de nombreux migrants traversant la frontière canadienne sur le chemin Roxham.
Photo d'archives, AGENCE QMI
Arrivée de nombreux migrants traversant la frontière canadienne sur le chemin Roxham.

Il a fallu que le président du syndicat des douanes et de l’immigration, Jean-Pierre Fortin, révèle qu’on demandait simplement aux migrants irréguliers de se mettre en quarantaine sans aucun autre contrôle ou vérification: Ottawa n’avait pris aucune mesure pour surveiller le parcours de ces migrants, après leur arrivée au Québec.   

Rien donc pour empêcher qu’ils ne contaminent des citoyens canadiens s’ils étaient porteurs du coronavirus. C’était une menace claire et évidente pour la santé publique. Des centaines de migrants nous sont arrivés récemment des États-Unis où la COVID-19 s’est propagée rapidement, le pays n’étant absolument pas préparé pour faire face à la grave épidémie qui se développait. Et c’est sans compter que certains de ces migrants étaient sans doute arrivés récemment aux États-Unis d’autres pays avec des infrastructures sanitaires totalement inadéquates pour détecter le virus.    

En janvier, alors que la COVID-19 se propageait aux États-Unis et ailleurs dans le monde, on enregistrait 1115 passages de migrants «irréguliers» à Lacolle.  

Le chemin Roxham est le principal point accès au Canada pour les demandeurs d’asile. Pour réaliser leur rêve de devenir citoyen canadien, il leur faut absolument traverser la frontière de façon irrégulière. S’ils se présentent au poste-frontière de Lacolle pour y déposer une demande d'asile, ils vont être refoulés et aboutir en prison à Plattsburgh. C’est ce qui est arrivé à des Haïtiens, à des Mexicains et à des Camerounais refoulés aux États-Unis avant d'être renvoyés dans leur pays d'origine.   

En respectant scrupuleusement la loi, ces migrants avaient contrevenu aux dispositions de l'entente canado-américaine sur les tiers pays sûrs de 2004. Elle stipule qu'un demandeur d’asile doit déposer sa demande dans le premier pays des deux pays où il entre. S’il présente sa demande à un poste-frontière canadien venant des États-Unis et est refoulé, il devient immigrant illégal dès qu’il repasse la frontière en sens inverse. C’est totalement absurde, mais c’est la réalité.  

Au pays de Justin Trudeau, ceux qui violent la frontière canadienne par le chemin Roxam ne sont pas considérés comme illégaux. Lorsqu’ils se rendent à la GRC, ces migrants «irréguliers» jouissent de l’immunité et ne sont accusés d’aucune infraction. Bienvenue au Canada/ Welcome to Canada. Selon la GRC, leur nombre a varié entre 15 et 20 milles par année depuis 2017.  

Un porte-parole de la GRC à Montréal m’a confirmé que si vous, moi ou n’importe quel citoyen canadien ou immigrant reçu tentait de passer la frontière avec les migrants «irréguliers» sur le chemin Roxham, il serait appréhendé par la GRC, amené à un poste-frontière et accusé d’avoir contrevenu à des dispositions de la loi sur les douanes.

Le Québec est en tête de liste pour le nombre total de demandes d’asile. Le chemin Roxham est l’endroit idéal pour franchir illégalement la frontière canado-américaine sur la côte est. La proximité de New York et de Montréal y est pour quelque chose. Comme les obstacles aux passages de la frontière que sont les lacs Ontario et Érié, et les diverses voies d’eau qui démarquent la frontière. Le Bloc Québécois demande que le chemin Roxam et tous les points d’entrée illégaux... pardon M. Trudeau, irréguliers, au Canada soient bloqués.  

La raison la plus évidente de ce refus des libéraux fédéraux à faire appliquer la loi, et de bloquer tous les migrants «irréguliers» comme les autres étrangers qui veulent venir au Canada, est que les demandeurs d’asile «irréguliers» vont se fondre dans l’électorat libéral une fois la citoyenneté obtenue: les immigrants récents appuient massivement le parti de Trudeau.