/news/coronavirus
Navigation

Règles sanitaires dans la construction: les syndicats réclament la suspension temporaire des chantiers

Coup d'oeil sur cet article

Les syndicats de l’industrie de la construction réclament la suspension temporaire immédiate des chantiers, le temps d’implanter des normes sanitaires adéquates pour protéger les travailleurs du coronavirus.

• À lire aussi: Règles sanitaires: au moins 100 ouvriers du REM refusent de travailler  

• À lire aussi: COVID-19: plusieurs commerces ferment ou réduisent leurs heures d’ouverture  

• À lire aussi: [EN DIRECT 18 mars 2020] Tous les développements de la pandémie COVID-19   

Les dirigeants syndicaux demandent un arrêt complet des activités sur tous les chantiers de la province dès jeudi. Des exceptions pourraient être prévues pour les chantiers reliés aux services essentiels.

« On demande une pause pour les travaux de construction, plaide le directeur général de la FTQ-Construction, Éric Boisjoly. Nos travailleurs, ce n’est pas un caprice qu’ils demandent, c’est un cri du cœur seulement pour [pouvoir] se laver les mains et d’avoir des installations sanitaires et des installations de repas salubres ! »

Une lettre a été envoyée à François Legault. Les syndicats soutiennent que les mesures d’hygiène ne sont pas appliquées à l’heure actuelle sur les chantiers. Les travailleurs sont inquiets.

« C’est un appel à l’aide, on a besoin que le gouvernement prenne sa responsabilité avec la santé publique, nous donne un coup de main en tant qu’industrie », signale le président du Conseil provincial (International), Michel Trépanier.

Les bottes de construction de Legault

Le Journal a révélé qu’au moins une centaine d’ouvriers ont refusé mardi de travailler sur le méga chantier du REM en raison de la trop grande promiscuité entre les employés et des normes sanitaires inadéquates. La situation s’est reproduite mercredi. 

Le PM a assuré que la situation était « réglée ». 

Ce n’est pas le cas, rétorquent les deux dirigeants syndicaux. Cette déclaration de François Legault a d’ailleurs suscité « la grogne » dans l’industrie, insiste le représentant de l’Inter. « Je pense que M. Legault devrait peut-être mettre ses bottes de construction et aller faire un tour sur le chantier du REM, et voir les installations sanitaires et les aires de repos », lance le patron de la FTQ-Construction.

Les travailleurs doivent pouvoir conserver leur revenu durant la suspension, selon les deux syndicats, qui représentent 67 % des ouvriers de la construction au Québec.