/finance/business
Navigation

Allègements financiers: pas de congé pour les intérêts

Les allègements des banques provoqueront une hausse de la facture sur un prêt

DM desjardins-01
Photo d’archives, Agence QMI Selon le Mouvement Desjardins et la Banque Nationale, les allègements annoncés hier ne devraient avoir aucune incidence négative sur la cote de crédit des clients qui s’en prévaudraient. Ci-dessus, le siège social du Mouvement Desjardins, à Lévis.

Coup d'oeil sur cet article

Devant la pandémie de COVID-19, les principales institutions financières du Canada ont mis en place au cours des derniers jours des mesures pour atténuer la pression sur les clients et les entreprises. Certains de ces allègements se traduiront toutefois à terme par une hausse de la facture. 

Parmi ces mesures, le Mouvement Desjardins, la Banque Laurentienne et la Banque de Montréal, pour ne nommer qu’eux, offrent la possibilité de prendre des congés de paiement sur plusieurs mois pour des prêts personnels ou hypothécaires ainsi que pour des cartes de crédit. 

Chaque dossier est analysé « au cas par cas » et ces reports de paiements « ne devraient pas avoir d’impact sur la cote de crédits des gens ».  

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Yves Daoust à QUB Radio:

Les personnes ou les compagnies dans le besoin pourront aussi avoir accès plus rapidement à du financement. Il est important de rappeler que 34 % des Canadiens vivent d’un chèque de paie à l’autre, selon un sondage publié en 2019 par l’Association canadienne de la paie. 

« Payables ultérieurement » 

Chez Desjardins, le porte-parole Jean-­Benoît Turcotti confirme au Journal que les intérêts pour les prêts continueront de se cumuler au cours de la période de répit et « ils seront payables ultérieurement ».  

Cela signifie, par exemple, que pour une pause de six mois, les intérêts pour cette période se rajouteront au montant du prêt. Et puisque le paiement pour la propriété sera prolongé dans le temps, à moins de revoir l’échéancier, le consommateur devra également payer des intérêts à terme sur les mois supplémentaires. 

Même chose à la Banque Nationale. 

Pour la majorité des institutions financières, ces ententes de paiement sont possibles pour les gens atteints par la COVID-19 ou qui subissent des contrecoups de la situation. 

Hier, la Banque Laurentienne, la CIBC, la Banque TD, la Banque Scotia, la Banque Royale et la Banque de Montréal n’ont pas été en mesure de fournir une réponse sur la question des intérêts. 

Fermetures 

Au cours des derniers jours, la majorité des banques au pays ont réduit leur nombre de points de service pour limiter le risque de propagation du virus.  

Desjardins a maintenant 349 établissements ouverts sur une possibilité de 872.  

La CIBC a 816 points de services en activités sur 1022 au Canada.  

BMO a quant à elle choisi de fermer temporairement environ 15 % de ses succursales.  

Et dès aujourd’hui, la Banque Nationale fermera 96 sites sur 414. 

L’ensemble des guichets automatiques demeurent à la disposition des clients. 

Ces institutions financières misent sur leurs outils web ainsi que leurs centres d’appels pour répondre aux questions des gens.  

À la Banque Nationale, on avertit les clients que « le temps d’attente peut être plus long qu’à la normale ».  

Allègements financiers possibles  

  • Produits de cartes de crédit  
  • Prêts personnels 
  • Prêts hypothécaires 
  • Plusieurs institutions financières offrent un report des paiements jusqu’à six mois. Chaque dossier est du « cas par cas ».  

Quoi faire  

  • Pour obtenir un allègement, il faut communiquer avec votre institution financière. 
  • Certaines banques, comme BMO, ont mis en place un numéro dédié pour les clients qui éprouvent des difficultés financières. Ces informations sont disponibles sur les sites des organisations. 
  • Plusieurs établissements bancaires sont toujours ouverts au Québec. Pour connaître les emplacements, il faut aller sur le site en ligne de votre institution financière. 
  • Pour faire une plainte, il faut communiquer avec le Bureau du surintendant des institutions financières.