/news/coronavirus
Navigation

Coronavirus: alerte des médecins en Haïti, encore épargnée par l’épidémie

Coronavirus: alerte des médecins en Haïti, encore épargnée par l’épidémie
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Port-au-Prince | Haïti, un des rares pays à n’avoir encore recensé aucun cas de coronavirus sur son territoire, n’a pas les capacités hospitalières pour faire face à la pandémie, alertent jeudi les médecins de ce pays pauvre et densément peuplé.   

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie COVID-19 

«Nous n’avons pas de soins intensifs: pour 12 millions d’habitants, nous ne pouvons compter que cinq centres à pouvoir admettre quelques patients (...). Nous n’avons pas plus de 50 lits pour toute la superficie du pays et toute la population haïtienne», déplore Renée Alcé, l’unique médecin en soins intensifs pédiatriques d’Haïti.   

«Parler de cauchemar serait très faible pour désigner le sentiment parce que l’affolement est déjà là chez le personnel médical», témoigne la professionnelle de santé.   

«Je ne pense pas que le ministère de la Santé publique ait jamais eu la vision de la nécessité d’établir des soins intensifs en Haïti. C’est bien malheureux, c’est notre vérité», assène-t-elle.   

Haïti n’a pour l’heure recensé aucun malade de COVID-19: les tests réalisés sur les cas suspects se sont tous révélés négatifs. Une quarantaine de personnes, ayant récemment voyagé dans des pays où la pandémie fait rage, sont actuellement en isolement à domicile.   

Pour prévenir la contagion, la frontière avec la République dominicaine a été fermée et les vols vers l’Europe et l’Amérique latine ont été suspendus.   

Seules les liaisons aériennes vers les États-Unis sont maintenues sans restriction. Les citoyens haïtiens et cubains sont les seuls à pouvoir encore voyager entre les deux îles des Caraïbes.   

Plusieurs institutions culturelles de Port-au-Prince ont fermé leur accès au public et les écoles privées internationales de la capitale ont suspendu leurs cours à partir de jeudi.   

Si les autorités haïtiennes ont interdit, depuis jeudi, toute manifestation culturelle dans les rues, d’éventuelles mesures de confinement, telles qu’instaurées en France et en Italie, s’annoncent difficiles à mettre en place à Port-au-Prince.   

La grande majorité des près de trois millions d’habitants de la capitale dépend de l’économie informelle et les rassemblements religieux attirent des centaines de personnes à travers les nombreuses églises protestantes et catholiques que comptent Port-au-Prince.